Zep : "J'avais envie de raconter des histoires qui ne sont pas de l'ordre de l'enfance"

  • A
  • A
Partagez sur :

Le dessinateur suisse a provisoirement lâché son petit héros à mèche bonde pour une BD plus adulte. Il livre l'histoire de l'arrivée dans le monde d'un homme qui quitte son monastère.

INTERVIEW

Le père de Titeuf, Zep, qui a vendu plus de 22 millions d'albums de son héros pré-ado dans 240 pays, sort une nouvelle BD d'un tout autre registre. Un bruit étrange et beau raconte l'histoire d'un moine qui retrouve la vie publique 25 ans après être entré dans l'ordre des Chartreux. Le dessinateur a expliqué son parcours, de l'enfance à la gestation de cet ouvrage, dans Il n'y a pas qu'une vie dans la vie.

Zep pour Led Zeppelin. Dans une cité HLM de la banlieue genevoise, Philippe Chappuis dessine, notamment sur les fiches de présence de son père policier. A 12 ans, il prend le pseudo de Zep en hommage à Led Zeppelin. En grandissant, il dessine pour un journal hebdomadaire féminin. Il dessine même des sets de table en échange de repas dans des restaurants. Enfin, il envoie le premier tome de Titeuf, Dieu le sexe et les bretelles, en photocopies par courrier à l'éditeur Glénat : il n'a pas les moyens d'acheter son billet de train pour venir en personne à Grenoble mais entre de plein fouet dans le métier qu'il s'était promis de faire enfant.

Retraites dans un monastère. S'il ne lâche pas son héros à mèche - "Titeuf me manque quand je ne le dessine pas pendant plusieurs semaines", dit-il -, il ne s'est pas laissé phagocyté par sa créature. A presque 50 ans, son "envie de raconter des histoires qui ne sont pas de l’ordre de l'enfance, et qui ne sont pas que drôles" a émergé. Le cadre du monastère, point de départ de sa nouvelle oeuvre, ne lui était pas étranger puisque Zep est un adepte des retraites de quelques jours au milieu du silence, du dessin et de la méditation. Des expériences qui l'ont fasciné et interrogé sur l'engagement d'une vie.

"C’est radical comme choix. On peut en avoir une image de prison. Mais j’ai trouvé dans ces endroits une grande forme de liberté, coupé de beaucoup de contingences."  A chaque retraite, il remplit des carnets de notes en se disant qu'il en ferait quelque chose. "Cela a mis 25 ans et c'est cette histoire-là, (Un bruit étrange et beau) qui est sortie."

"Dans ce monde et en dehors". Dans l'ouvrage, un moine s'extrait du monastère pour recevoir un héritage. Dans "le monde", il rencontre alors une femme, à qui il ne devrait pas parler selon les préceptes de son ordre, mais elle "le pousse dans ses retranchements", le bouscule dans sa religion étant elle-même en colère. "C'est un dialogue entre quelqu'un qui est dans ce monde et quelqu'un qui est en dehors", décrit le dessinateur.

Zep explore via cette BD ses propres angoisses. "J’ai choisi ce métier car j'étais épris de liberté et aussi parce que le monde me faisait peur. Dessinateur était une manière de l’imaginer plutôt que mettre les pieds dedans." Tout comme son personnage de moine, Zep a fini par sortir de sa bulle, par curiosité.