Vingt mille lieues sous les mers à la Comédie Française : un défi technique

  • A
  • A
Partagez sur :

Le célèbre roman de Jules Verne prend vie sur les planches, grâce à de gros moyens techniques et artistiques. 

La comédie Française crée encore la surprise. Après "Les enfants du silence", l'année dernière, une pièce en langue des signes, c'est une adaptation de "Vingt-mille lieues sous les mers" qui est à l'affiche du théâtre du Vieux Colombier, à Paris, à partir de mardi soir. Le roman de Jules Verne dont l'écriture n'a rien de théâtral, foisonne de scènes que l'on pensait impossible à transposer sur une scène. Mais une fois de plus, la Comédie Française montre qu'elle est capable de relever tous les défis. Véritable performance artistique, "Vingt mille lieues sous les mers" exige aussi beaucoup de moyens techniques. Europe 1 a assisté à une répétition. 

A bord du Nautilus. Un grondement sourd de moteur, des grincements de portes blindées qui s'ouvrent, de temps en temps de la fumée, des bruits industriels, ou encore, à travers un immense hublot, des méduses, des  mérous et des poissons inconnus, le spectateur, très vite, quitte le Vieux Colombier (qui fait partie des salles de la Comédie-Française) pour le Nautilus. "Je suis le capitaine Némo et vous êtes à bord de mon sous-marin, le Nautilus", s'exclame d'ailleurs le comédien Christian Hecq sur scène.  

2OOOO lieues sous les mers_003_(c)Brigitte Enguérand, coll.CF

© Brigitte Enguérand, coll.CF


Ingénieurs sons, machinistes, habilleuses... tout le monde a été mis à contribution. Pour parvenir à cette bluffante reconstitution, l'équipe a dû mettre en œuvre des moyens techniques d'ampleur. "On a pris ce vieil outil qu'est le théâtre du Vieux-Colombier et on l'a poussé à son extrême, que ce soit grâce aux ingénieurs sons, aux machinistes, jusqu'aux habilleuses", tous ont été mis à contribution. L'éclairage, aussi, a demandé un gros travail de réflexion. "Tous les projecteurs sont en action", nous explique-t-on.

"Des parties de poulpes qui suggèrent l'immensité de la bête". L'attaque du poulpe est l'une des scènes les plus impressionnantes du roman de Jules Verne.  Le secret pour la transposer sur scène ? "On a créé des parties de poulpes qui suggèrent l'immensité de la bête", raconte l'une des membres de l'équipe. Tous les animaux marins sont des marionnettes. C'est féérique, et digne de Jules Verne.

Vingt-mille lieues sous les mers, roman d’aventures de Jules Verne, est le sixième de la série des Voyages Extraordinaires. Il a été publié à Paris en 1869.