VIDÉOS - Cinq reprises d’"Hallelujah" de Leonard Cohen

  • A
  • A
VIDÉOS - Cinq reprises d’"Hallelujah" de Leonard Cohen
Leonard Cohen a publié "Hallelujah" en 1984, titre qu'il avait mis quatre ans à écrire.@ AFP
Partagez sur :

Écrite en 1984 par le compositeur canadien, la chanson "Hallelujah" a été énormément reprise. Voici une sélection des meilleures relectures.

Le musicien canadien Leonard Cohen n'est plus. Le poète mélancolique s'est éteint mardi l'âge de 82 ans, laissant derrière lui des dizaines de titres sublimes. On pense bien sûr à Suzanne, Bird on the Wire, The Partisan et bien évidemment Hallelujah. Cette chanson a été reprise plus de 200 fois depuis plus de 30 ans.

Sachez d'abord (si vous l'ignorez) que Leonard Cohen a livré cette chanson en 1984, sur l'album Various positions. Mais il a mis plus de quatre ans à l'écrire. "Je n'imaginais pas à quel point la tâche serait ardue jusqu'à ce que je me retrouve rampant, en slip, dans une chambre délabrée, à New York, incapable de terminer un vers", avait-il confié a posteriori. Pour écrire cette chanson, le poète canadien s'est largement inspiré d'un passage de l'Ancien testament.

L'originale, par Leonard Cohen, en 2009 : 

La plus connue. Seul à la guitare. Pendant sept minutes. Jeff Buckley livre sans aucun doute la plus belle reprise d'Hallelujah. Si dans la version de Leonard Cohen, Hallelujah est une chanson d'amour, celle de Jeff Buckley évoque carrément l'orgasme. En plein milieu du morceau, les notes s'espacent et on imagine tout de suite la fin. Mais il n'en est rien. Après quelques hésitations, Buckley reprend de plus belle pour mieux s'envoler…

La plus "originale". Selon Rocknfool, la reprise de Jeff Buckley "s'appuie sur la relecture de John Cale qui avait demandé au père Cohen une copie des paroles de la chanson". Le chanteur gallois, ancien membre du Velvet Underground, avait reçu en réponse 15 pages de paroles par fax. Et pour cause, Leonard Cohen avait écrit 80 couplets. John Cale a modifié le texte original pour en offrir une version différente.

La plus "dylanesque". Difficile d'évoquer Leonard Cohen sans parler de Bob Dylan. Impossible même. Les deux artistes s'appréciaient et se respectaient énormément. "En ce qui me concerne, Leonard, tu es le numéro un. Et je suis le numéro zéro", a confié un jour l'inclassable Dylan. Dans sa version de Hallelujah, les guitares électriques sont plus présentes. Et il y a bien sûr la patte Dylan. Moins caverneuse que celle de Cohen, plus rock.

La plus biblique. Si Cohen s'appuie sur l'Ancien testament pour parler d'amour, d'autres ont voulu rendre directement hommage au créateur. Et rien de mieux qu'un prêtre pour louer le seigneur, comme le fit Ray Kelly, un curé irlandais en 2014.

La plus absurde. Malheureusement, les plus grands sont souvent singés avec plus ou moins de style. Pour les besoins de la bande originale du film… Shrek, Rufus Wainwright reprend Hallelujah à son tour. Elle reste l'une des plus connues, notamment pour les jeunes générations. Passionné par ce morceau, Rufus Wainwright a choisi de réinterpréter le classique de Leonard Cohen accompagné d'une immense chorale (à écouter ici).



[Bonus] On ne pouvait pas achever cette revue de reprises sans évoquer celle de Bon Jovi. Si vous ne la connaissez pas, petite séance de rattrapage :