Valérie Trierweiler revient en librairie, avec un roman, le 17 mai

  • A
  • A
Valérie Trierweiler revient en librairie, avec un roman, le 17 mai
Deux ans et demis après le succès de "Merci pour ce moment", la journaliste publie "Le secret d'Adèle" et évoque la vie de la maîtresse du peintre Gustav Klimt. (Illustration)@ AFP
Partagez sur :

Deux ans et demi après le succès de "Merci pour ce moment", la journaliste publie "Le secret d'Adèle" et évoque la vie de la maîtresse du peintre Gustav Klimt.

L'ex-compagne de François Hollande, la journaliste Valérie Trierweiler, revient en librairie le 17 mai avec le roman Le secret d'Adèle, deux ans et demi après le foudroyant succès de Merci pour ce moment, livre-phénomène qui s'est écoulé à 600.000 exemplaires.

Ouvrage sur Adèle Bloch-Bauer, célèbre modèle (la "Dame en or") et maîtresse du peintre autrichien Gustav Klimt, "ce roman est le portrait d'une femme qui renaît, qui trace un destin hors norme pour son milieu et son époque, le roman d'une femme libre", a indiqué son éditeur, Les Arènes, dans un communiqué.

Ce premier roman de la journaliste de Paris Match a été tiré à 50.000 exemplaires. Merci pour ce moment, livre où elle racontait son histoire d'amour avec le chef de l'État jusqu'à la rupture, s'était classé en tête des ventes, tous genres confondus, en 2014.

Un roman "d'amour fou". Le secret d'Adèle, roman d'un "amour fou", ne contient aucune allusion à la vie privée de la journaliste. Il relate la liaison d'Adèle Bloch-Bauer, jeune femme de 23 ans issue de la haute bourgeoisie juive de Vienne, mariée avec un riche homme d'affaires de 17 ans son aîné, avec le peintre Klimt alors âgé de 40 ans.

Le mari d'Adèle, Ferdinand Bloch, est le mécène de Klimt. C'est lui qui lui commandera notamment le célèbre portrait dit de "La Dame en or", l'un des plus célèbres tableaux du XXe siècle. Réalisé à Vienne en 1907, spolié par les nazis en 1938, il fut restitué à la famille Bloch-Bauer en 2006 avant d'être finalement vendu 135 millions de dollars à un collectionneur américain.

Pour écrire son roman, Valérie Trierweiler s'est rendue à Vienne et à New York. Elle avait déjà raconté cette histoire, d'une façon non romancée, dans les colonnes de Paris Match en août 2016.