Un tableau rare de Léonard de Vinci aux enchères pour 100 millions de dollars

  • A
  • A
Partagez sur :

Le dernier tableau du peintre italien dans les mains d'un collectionneur privé sera vendu à New York le 15 novembre, lors d'enchères organisées par Christie's.

Salvator Mundi (sauveur du monde), un tableau d'une finesse extrême qui représente le Christ en tenue bleue, a longtemps été considéré comme une copie, avant que des experts attestent de son authenticité. Il sera vendu à New York, le 15 novembre, lors d'enchères organisées par Christie's, qui estime son prix à 100 millions de dollars environ.

Moins de vingt tableaux de Léonard de Vinci, dont l'oeuvre était déjà prisée de son vivant, subsistent aujourd'hui, selon Christie's. À part Salvator Mundi, tous sont propriété de musées ou d'institutions. Salvator Mundi est ainsi le dernier tableau du peintre italien dans les mains d'un collectionneur privé.

Vendu, quoiqu'il arrive. "Pour les spécialistes d'enchères, c'est le Saint Graal", a déclaré, lors de la présentation du tableau à la presse, Loïc Gouzer, co-président des départements d'art post-seconde guerre mondiale et contemporain pour la zone Amériques de Christie's. "On ne peut pas faire mieux". Un tiers a offert une garantie sur le tableau, ce qui signifie qu'il sera vendu, quoi qu'il arrive lors de la vente du 15 novembre, aux alentours de 100 millions de dollars, a expliqué François de Poortere, responsable des tableaux anciens au sein de Christie's New York.

Le record lors d'une vente aux enchères a été établi en mai 2015 par Les Femmes d'Alger (version 0) de Pablo Picasso, adjugé pour 179,3 millions de dollars, mais des tableaux ont atteint des prix supérieurs à l'occasion de ventes privées, selon plusieurs médias. Interchange, de Willem de Kooning, et Nafea Faa Ipoipo, de Paul Gauguin, auraient ainsi été chacun acquis pour 300 millions de dollars.

Un destin fou. L'histoire de cette toile, peinte autour de 1500 par Léonard de Vinci (1452-1519), est hors du commun. Nul ne sait avec certitude qui l'avait commandée, mais certains experts estiment qu'il pourrait s'agir d'une demande de la cour de France, plus précisément de Louis XII, a expliqué mardi Alan Wintermute, spécialiste de peinture ancienne pour Christie's. Elle a ensuite été longtemps propriété des rois d'Angleterre, avant de quitter la famille royale à la faveur de diverses successions et ventes. Elle a disparu pendant plus de cent ans, avant de réapparaître à la fin du XIXème siècle.

Il n'était alors plus question d'une toile de de Vinci, mais plutôt de l'un de ses contemporains, inspiré par lui. Recouverte de plusieurs couches de peinture, "qui obscurcissaient complètement sa surface", la toile a notamment été vendue pour 45 livres en 1958 lors d'enchères de Sotheby's, a rappelé Alan Wintermute. 

Ce n'est qu'à partir de 2005 que le tableau a été examiné par des spécialistes, puis restauré, et formellement attribué à Léonard de Vinci. "Le tableau était quasiment méconnaissable avant que la restauration soit entreprise", a expliqué François de Poortere.