Trois toiles de Francis Bacon volées à Madrid retrouvées

  • A
  • A
Trois toiles de Francis Bacon volées à Madrid retrouvées
Francis Bacon aurait confié les peintures à son amant.@ HO / SAPNISH INTERIOR MINISTRY / AFP
Partagez sur :

Trois des cinq œuvres du peintre britannique dérobées à leur propriétaire espagnol en 2015 ont été retrouvées par la police.

Trois des cinq tableaux du peintre britannique Francis Bacon dérobés chez un particulier à Madrid en 2015, l'un des plus importants vols d'art contemporain en Espagne, ont été retrouvés, a-t-on appris jeudi auprès de la police espagnole. "Je peux confirmer que trois tableaux ont été récupérés", a simplement indiqué une porte-parole de la police, confirmant une information publiée par le journal El Pais.

Volés à l'amant du peintre. La porte-parole n'a pas livré davantage de détails sur l'endroit et le moment où les tableaux ont pu être récupérés, précisant que l'enquête se poursuivait. Cependant, selon le journal, l'un des tableaux a été retrouvé il y a quelques mois et les deux autres tout récemment. Les cinq tableaux avaient été volés pendant l'été chez leur propriétaire madrilène, un grand ami de Bacon, alors qu'il se trouvait justement à Londres. Selon la presse espagnole, il s'agissait de Jose Capelo, son dernier amour, un homme avec qui le grand peintre eut une relation sentimentale de quatre ans et qu'il a aussi peint.

Sur la piste d'un marchand d'art. Outre les tableaux, dont la valeur globale est estimée à 25 millions d'euros, les voleurs auraient emporté un coffre-fort et des bijoux. L'enquête sur ce vol avait finalement amené la police espagnole sur leurs traces en mai 2016, mais pas aux tableaux. Une dizaine de personnes ont été arrêtées au fil des investigations : voleurs mais aussi receleurs. Finalement, la piste en or est arrivée d'un marchand d'art catalan à qui on avait transmis les photos des tableaux volés en vue de leur vente.

Le marchand avait décidé de s'informer auprès d'une société britannique possédant un registre des œuvres d'art dérobées. L'entreprise lui avait alors confirmé qu'elles étaient bien volées. Il semble qu'ensuite, les clichés soient parvenus à la police qui a réussi à identifier l'appareil ayant servi à faire les photos, puis les auteurs des photographies, grâce aux métadonnées contenues dans celui-ci. Le commanditaire serait, toujours selon El Pais, un marchand d'art madrilène.