Riad Sattouf : "j'ai l'impression que j'avais 10 ans la semaine dernière"

  • A
  • A
Partagez sur :

BANDE DESSINÉE - Dans "Europe 1 social club", le dessinateur a expliqué pourquoi il s'intéressait autant à l'enfance dans ses bandes dessinées.

INTERVIEW

"Quand je rencontre des enfants ou que je vois des jeunes, j'ai envie de m'intéresser à ce qu'ils font." Après L'Arabe du futur, ou encore Pascal Brutal, Riad Sattouf a lancé, le 21 janvier dernier, une nouvelle série de bande dessinée.

Une histoire "vraie". Dans Les cahiers d'Esther, le dessinateur s'intéresse au quotidien d'une petite fille de 10 ans qui évoque son école, ses amis et sa famille. "J'ai rencontré cette petite fille qui est celle d'un couple d'amis à moi. J'ai tout de suite eu envie d'en faire une bande dessinée pour raconter une jeunesse en France", a-t-il expliqué dans Europe 1 social club, mercredi. Riad Sattouf l'avoue lui-même, ce nouveau projet était une manière, pour lui, de tourner la page de L'Arabe du futur, "pour me soulager de ce que j'étais en train de raconter sur mon enfance en Syrie et sur la Libye (NDLR : il a eu l'idée du projet lors de la réalisation de son précédent album)."

"Plus proche du monde des enfants". Pendant 9 ans, Riad Sattouf a dessiné La vie secrète des jeunes à Charlie Hebdo avant de rejoindre l'Obs en 2014. L'enfance et l’adolescence sont des figures que le dessinateur travaille sans cesse. Il explique les raisons de ce choix de manière simple. "J'ai toujours un complexe face à l'âge adulte, où j'ai l'impression que je ne suis pas assez mature pour être considéré comme mature parmi les autres adultes", a confié le dessinateur. "J'ai toujours l'impression de me sentir plus proche du monde des enfants", raconte celui qui a l'impression d'avoir eu "10 ans la semaine dernière".

>> Retrouvez l'intégrale de l'émission "Europe 1 social club" ici