Rentrée littéraire : les coups de cœur des libraires

  • A
  • A
Partagez sur :

Chaque week-end sur Europe 1, dans "La voix est livre", avec Nicolas Carreau, deux libraires partagent leurs coups de cœur.

L'AVIS DE

Période de rentrée littéraire oblige, les libraires ont reçu une avalanche de romans. Parmi les centaines de nouveaux titres, ils ont extrait leurs pépites. Cette semaine, Anne-Sophie Rouveloux de la librairie "Chroniques" à Cachan et Stanislas Rigot, de la librairie "Lamartine", à Paris, ont dévoilé leurs choix, dans "La voix est livre", animée par Nicolas Carreau, le samedi de 15h à 16h.

Les Sables de l'Amargosa, de Claire Vaye Watkins chez Albin Michel

"C'est son premier roman. Elle avait déjà écrit un recueil de nouvelles qui s'était fait remarquer qui s'appelle Nevada. Le point de départ est une dystopie. Nous sommes aux Etats-Unis, les réserves d'eau potable sont toutes épuisées. Les gens sont jetés sur les routes, les Etats se font la guerre entre eux. On suit deux personnages, la jeune Luz, 25 ans, et son compagnon Ray, déserteur d'une guerre jamais nommée dans le livre. Ils vont se retrouver face à une bande de loubards, vont leur arracher un bébé et ils vont essayer de survivre avec cet enfant de 2 ans. On a un ouvrage à part, la langue est audacieuse, elle nous chamboule, elle nous bouscule. Il y a un mélange d'argot et de poésie génial. Surtout, ça doit être lu pour le personnage de Luz qui est lancée dans une quête d'elle-même. C'est comme un roman initiatique."

The Underground Railroad, de Colson Whitehead (Prix Pulitzer)

"C'est un grand grand roman. Cela fait des mois qu'on l'attend parce que c'est un gros succès américain, qu'il a beaucoup de presse. Le livre est au moins à la hauteur de ce qu'on en dit, ce qui est loin d'être toujours le cas. L'éditeur (Albin Michel) a conservé le titre américain parce que cet 'underground railroad' est le nom du réseau qui a permis à de nombreux esclaves de fuir le sud des Etats-Unis avant la guerre de Sécession. Ce sont différents résistants qui se sont organisés pour faciliter l'extraction de ces personnes du sud des Etats-Unis. Au travers de cette histoire et du destin d'une jeune esclave, le livre, bouleversant, va illustrer une part extrêmement sombre de l'histoire des Etats-Unis mais aussi très méconnue. On croit qu'on sait, on a vu des films mais cette histoire-là, on ne la connaît pas."

Éclairs lointains, de Heinrich Guerlach, chez Anne Carrière

"Dans les choses pas attendues, il y a cet éblouissant livre de cet auteur allemand. Officiellement, il écrit le siège de Stalingrad du point de vue allemand. Il est fait prisonnier par les Russes, on lui enlève son manuscrit. Il finit par rejoindre l’Allemagne, il veut le réécrire, il fait de l’hypnose et sort une version qu'on imagine forcément atrophiée. On a retrouvé le manuscrit original dans les archives russes. Le livre est sorti en Allemagne et a été un triomphe et il arrive enfin en France. C'est un fantastique roman de guerre puisque c'est l'histoire du quotidien de l'armée allemande et d'une poignée de personnages qui illustrent ce quotidien au travers du siège de Stalingrad où ça commence à mal tourner pour l'Allemagne. On commence par un quotidien de guerre plutôt triomphante pour l'Allemagne puis un quotidien de guerre en siège où les choses tournent mal et un quotidien de l'horreur qui est la fin du siège de Stalingrad."

Point Cardinal, de Léonor de Recondo, chez Sabine Wespieser

"Ça raconte l'histoire de Laurent, qui est marié, qui a deux enfants. Et il se livre à un petit rituel. Tous les samedis, il se gare sur un parking de supermarché, il enlève ses vêtements, il en met d'autres, il devient Mathilda et part danser. C'est un sujet très sérieux, un récit plein de pudeur et très fort. La femme de Laurent va découvrir son petit secret et il va devoir annoncer à sa famille qu'il se sent femme. Evidemment, toutes les réactions vont être assez compliquées. On est dans le quotidien, dans la vraie vie. J'avais la chair de poule, je l'ai dévoré."

Ils vont tuer Robert Kennedy, de Marc Dugain chez Gallimard

"Comme son titre l'indique, le roman va parler de l'assassinat de Robert Kennedy. Pour beaucoup de monde, l'histoire s'arrête en 1963 à Dallas. En fait, l'histoire s'arrête en 1968 à Los Angeles avec l'assassinat de Robert. C'est éblouissant mais ce qui fait vraiment la qualité supérieure du livre, c'est qu'il y inclut une partie extrêmement intime au travers du destin d'un professeur qui fait une thèse sur cet assassinat et qui donne une dimension beaucoup plus dense, forte. Ça donne un des tout meilleurs Marc Dugain et c'est l'un des favoris."