Quand le Louvre tient tête à Moscou

  • A
  • A
Quand le Louvre tient tête à Moscou
@ MAXPPP
Partagez sur :

Le musée expose une œuvre hostile à Vladimir Poutine, malgré les réticences de la Russie.

La détermination du Louvre a fini par payer. Moscou a accepté que le musée français présente une oeuvre russe hostile au Premier ministre Vladimir Poutine dans une exposition sur l'art contemporain russe accrochée à la mi-octobre à Paris. L'exposition "Contrepoint" "se déroulera comme prévu du 14 octobre 2010 au 31 janvier 2011, "avec l'ensemble des artistes et des oeuvres que nous nous proposions d'inviter pour cet événement", a déclaré sobrement le Louvre dans un communiqué.

Un "appel à un coup d'Etat"

Depuis une dizaine de jours, une des oeuvres de l'artiste contestataire Avdeï Ter-Oganian, né en 1961, était bloquée par les autorités russes. Ces dernières refusaient de la faire venir en France car elle pouvait être comprise comme un "appel à un coup d'Etat", selon Andreï Boussyguine, vice-ministre russe de la Culture.

Le tableau abstrait, baptisé "Radical abstractionnism, n°8", représente un rectangle noir sur fond rouge et un petit cercle blanc, avec la légende: "Cette oeuvre appelle à commettre un attentat contre l'homme d'Etat V.V. Poutine (ndlr: Premier ministre russe) dans le but d'arrêter son activité étatique et politique".

Le Kremlin et le second degré

Cette sérigraphie sur toile n'a pas vocation à être prise au premier degré et fait partie d'une série parodiant les artistes constructivistes russes. Elle a déjà été exposée notamment au Garage, centre d'art contemporain russe, et dans plusieurs musées du monde. Mais la présenter au Louvre dans le cadre de la très officielle année croisée France-Russie, revêtait sans doute une autre dimension pour les autorités russes qui ont interdit sa sortie du territoire, alors qu'elle était déjà chargée dans un camion, avec trois autres oeuvres de la même série.

L'ambassadeur de France à Moscou et la direction du Louvre ont été informés de la situation la semaine dernière. Dans un premier temps, une solution intermédiaire a été envisagée: l'édition incriminée resterait en Russie et il serait tiré en France un autre exemplaire. L'artiste Ter-Oganian, qui vit en exil à Prague, a refusé cette proposition. Le plasticien est sous le coup de poursuites pénales en Russie pour avoir lacéré en public des icônes orthodoxes reproduites en grande série lors d'une foire artistique en 1998.

Le Louvre a ensuite fait savoir qu'il entendait présenter l'ensemble des oeuvres prévues, laissant planer une possible annulation de l'exposition si le tableau incriminé restait bloqué. Les responsables de l'année France-Russie se sont démenés pour aplanir les choses et Moscou est revenu sur sa décision. Le public français va donc pouvoir découvrir les quatre oeuvres de Ter-Oganian. Co-organisée par le Louvre, le Centre national d'art contemporain de Moscou et la fondation russe Stella Art, "Contrepoint" présente au total 19 artistes russes.