Première théâtrale pour PPDA

  • A
  • A
Première théâtrale pour PPDA
PPDA, 68 ans, sera à l'affiche de "Garde alternée", au théâtre des Mathurins, à partir de vendredi.@ FRANCOIS LO PRESTI / AFP
Partagez sur :

Patrick Poivre d'Arvor est à l'affiche de Garde alternée au théâtre des Mathurins à Paris, dès vendredi. Une première qu'il attend plein d'enthousiasme.

Du plateau du 20H aux planches d'un théâtre.Patrick Poivre d'Arvor se lance dans une nouvelle expérience, à partir de vendredi. Une pièce de théâtre, Garde alternée, au théâtre parisien des Mathurins, co-écrite par la pédiatre Edwige Antier et Louis-Michel Colla. PPDA y joue le rôle d'un pédopsychiatre confronté à des enfants et des adolescents en difficulté après le divorce de leurs parents. Tantôt journaliste, tantôt écrivain, le voilà donc comédien, à 68 ans.

"Je vis ça comme une immersion". "Comme assez souvent, dans toute chose que je fais, je reste quand même profondément journaliste, donc je vis ça comme une sorte d'immersion dans ce monde passionnant de gens qui vivent un peu sur la branche, avec des situations souvent précaires, difficiles, et qui, en même temps, se remettent en question tous les soirs. J'étais déjà dans une très grande admiration des comédiens avant de faire moi-même ce rôle, et là, encore plus", explique-t-il au micro d'Europe 1.

Un semblant d'expérience accumulée. "Je suis insatiable, sans doute", reconnait-il. "J'aime les expériences. Je me dis 'tant pis, on y va, on saute, que ça marche ou pas, au moins on l'aura fait'. Ça fait un exercice supplémentaire, j'aime ça." S'il vivra vendredi sa première expérience dans une pièce, ce ne sera toutefois pas la première fois qu'il montera sur scène. Début décembre, il était ainsi à l'affiche aux Folies Bergère de "Siddhartha", une comédie musicale italienne adaptée du livre éponyme d'Hermann Hesse, interprétée par 24 comédiens professionnels, chanteurs et danseurs. L'ancien journaliste-vedette participe aussi régulièrement à des spectacles qu'il a créés avec le pianiste Jean-Philippe Collard autour de Chopin, où il lit des textes tirés de son anthologie des plus beaux poèmes d'amour.