Polanski : la tirade de Lafitte à Cannes était "d’extrêmement mauvais goût"

  • A
  • A
Partagez sur :

Le réalisateur republie son autobiographie, Roman par Polanski. Dans un nouvel épilogue, il revient sur l'accusation d'agression sexuelle qui pèse contre lui. Le cinéaste s'est confiée à Anne Sinclair samedi sur Europe 1.

INTERVIEW

Dans son autobiographie, Roman par Polanski, sortie en 1984, le cinéaste racontait son séjour en prison aux Etats-Unis et sa fuite en France après les accusations de relations sexuelles illicites avec une mineure portées contre lui. Rappel des faits : en mars 1977, Roman Polanski et Samantha Geimer, 13 ans, se retrouvent dans la maison de Jack Nicholson aux Etats-Unis pour une séance photos qui tourne au drame. La jeune fille accuse le cinéaste de viol. Dans la réédition de son livre, augmentée d'un épilogue, et samedi au micro d'Anne Sinclair, le cinéaste est revenu sur l'affaire qui n'en finit plus de faire parler depuis presque quarante ans.

"Ce n'est pas pour mes beaux yeux". En 2009 et 2010, Roman Polanski était incarcéré deux mois en Suisse puis assigné sept mois à résidence, alors que les Etats-Unis demandaient son extradition. Elle "a été refusée, se défend le réalisateur. S'il y a déjà deux pays qui ont pris cette décision (la Suisse et la Pologne, ndlr), ce n'est pas pour mes beaux yeux. Ils voient que j'ai plaidé coupable et que j'ai fait ma punition telle qu'elle était demandée par la justice américaine." Néanmoins, le dossier n'est pas clos puisque le ministre de la Justice en Pologne veut contester la décision du tribunal de Cracovie de ne pas extrader le réalisateur.

"Gros blaireau". L'affaire est en tout cas bien présente dans les mémoires, et notamment dans celle de Laurent Lafitte, qui n'a pas manqué d'y faire référence dans son discours d'ouverture du festival de Cannes. Emmanuelle Seigner, l’épouse de Roman Polanski, très en colère, avait qualifié le maître de cérémonie de "gros blaireau" en retour sur Twitter. "Je pense que c'était d’extrêmement mauvais goût", a ajouté Roman Polanski au micro d'Europe 1.