Philippe Katerine : "A la mort de mon père, j'avais envie de supprimer mon prochain"

  • A
  • A
Partagez sur :

Philippe Katerine sort Le film. Un disque qui évoque les enfants, le décès de son père ou encore le couple. Il était l'invité de l'émission C'est arrivé demain.

INTERVIEW

Pourquoi avoir appelé ce nouvel opus Le film ? "Pas forcément pour des raisons cinématographiques. C'est l'idée qu'on se fait tous un film de notre vie", commente Philippe Katerine dans l'émission C'est arrivé demain, dont il était l'invité dimanche. Ce nouvel album, toujours décalé, laisse une belle place à l'univers de l'enfance, mais plus généralement à la famille et au couple. Sous l'image fofolle, les sentiments.

"Une odeur cuivrée". L'enfance, il en est question notamment dans la chanson Les doudous. "Des doudous, on peut en avoir à 3 ans et aussi à 80", lance Philippe Katerine, pour qui un doudou peut aussi être "une odeur". L'odorat est un sens primordial pour lui. Katerine, papa d'un garçon de trois ans, se souvient de l'odeur de son propre père. Elle était "cuivrée, extrêmement sécurisante." C'est cette figure du père qui est présente en filigrane.

"Avant de me retrouver en taule". L'album est né d'une fuite en avant, une fuite en voiture. Philippe Katerine était en vacances puis tout d'un coup quitte tout, prend la route et écrase un hérisson. Il relie cet événement à la mort de son père. "J'avais envie de supprimer mon prochain. La tentation a été forte, c'est la première fois que ça m'arrivait. Il paraît que c'est quand même un classique. Beaucoup de gens réagissent au décès de leurs proches de cette façon là. Ils veulent assassiner. J'y ai réfléchi à deux fois avant de me retrouver en taule des années. J'ai pris la bagnole et je me suis fait le hérisson. Je n'en suis pas fier, j'y pense. Il est omniprésent dans ma vie." Un choc à l'origine du processus du création.

"Le couple au milieu du monde". D'autres sentiments s'expriment aussi derrière le ton décalé et enfantin, ceux de l'amour, notamment dans A l'Elysée. Pour le chanteur, le palais présidentiel est "une île, un îlot protégé au milieu de Paris. On ne peut pas passer devant, il y a des barrières. Cette chanson est venu d'un article qui relatait un pique-nique entre François Hollande et sa compagne dans les jardins de l'Elysée. L'imagination a fait le reste." Mais il explique qu'en écoutant bien la chanson, ça peut parler d'autre chose, avec une dimension plus universelle : le couple au milieu du monde.