Ouverture du musée virtuel de la Sacem : "Lorsque j'ai visité nos archives, ça a été un choc"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Pour Jean-Noël Tronc, le directeur général de la Sacem, l'ouverture du musée virtuelle et gratuit permet de comprendre l'importance du droit d'auteur. 

INTERVIEW

C'est une véritable caverne d'Ali Baba numérique. La Sacem, Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique, ouvre ce mardi à partir de 10 heures son musée virtuel et gratuit sur son site. Invité de la Matinale d'Europe 1 Jean-Noël Tronc directeur général de la Sacem revient sur la création de cet espace numérique qui compte plus de 3.000 archives, dont des centaines de documents inédits. 

"L'importance du droit d'auteur". C'est à sa nomination au poste de directeur général de la Sacem, en juin 2012, que Jean-Noël Tronc a eu l'idée de ce musée numérique. "Lorsque j'ai été nommé, j'ai visité nos archives ça a été un choc parce que quand on a entre les mains un autographe de Georges Brassens passant son examen d'entrée à la Sacem, ou encore le cahier d'émargement sur lequel Giuseppe Verdi vient toucher ses droits d’auteur en 1862, on comprend aussi l'importance du droit d'auteur", explique le directeur général de la Sacem. 

Le manuscrit de L'aigle noir de Barbara. Parmi les documents exclusifs, on retrouve beaucoup de manuscrits, comme "L'Aigle Noir" de Barbara, "avec sa petite écriture verte. Mais aussi celle de 'Bombe humaine' par Téléphone", dévoile-t-il. "La Sacem est une société d'auteurs, et au fond, on essaye par ce biais de mettre aussi en lumière des gens qui ne le sont pas assez, notamment les éditeurs de musique qui sont souvent confondus avec les maisons de disque".

Des expositions thématiques. Des inédits qui viennent en grande partie de journalistes musicaux qui nous on dit 'c'est formidable, moi j'ai des archives inédites'. C'est comme cela que l'on a pu avoir un entretien de Serge Gainsbourg qui est seulement disponible chez nous", explique Jean-Noël Tronc. Dans ce musée, on retrouve également des extraits des grands compositrices, des grandes musiciennes comme Yvette Horner qui est décédée lundi à 95 ans. Mais "aussi des expositions thématiques sur les grandes dames de la musique, sur des compositeurs, des génies de la musique", détaille le directeur général de la Sacem. Pour découvrir ces archives il faudra en revanche avoir beaucoup de temps devant soi, puisque selon les calculs d'Europe 1, les quelques 3.000 archives du musée représentent 167 années d'enregistrements.