Nouveaux clips, prix des billets, les 40 ans du groupe : Indochine se confie sur Europe 1

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Nicola Sirkis, Boris Jardel et oLi dE SaT étaient les invités exceptionnels d'Émilie Mazoyer vendredi. Le groupe entame, le 1er novembre, la deuxième vague de sa tournée "13 tour".

INTERVIEW

Ils s'apprêtent à remonter sur scène pour une deuxième vague. Le groupe Indochine entame la suite de sa tournée "13 tour", le 1er novembre prochain, à Rouen, avant de se rendre dans toute la France et notamment à Paris, les 14, 16 et 17 novembre prochains à l'AccorHotels Arena. Nicola Sirkis, Boris Jardel et oLi dE SaT étaient les invités exceptionnels d'Émilie Mazoyer vendredi sur Europe 1, pour évoquer ces concerts à venir. 

3.000 nouvelles places mises en vente samedi matin. Vous êtes fans d'Indochine et vous n'avez pas pu avoir de places pour les shows qui arrivent ? Pas d'inquiétude. Nicola Sirkis annonce sur Europe 1 la mise en vente de 3.000 nouvelles places de concert. "On garde toujours des quotas de places", explique le leader du groupe. "Samedi 13 octobre, à 10 heures, seront mis en vente ces 3.000 tickets, pour toutes les villes où nous passons, même les trois dates à Paris", souligne le chanteur.

>> De 20h à 22h, c’est Musique ! avec Émilie Mazoyer sur Europe 1. Retrouvez le replay ici

"Le long combat" d'Indochine pour le prix des places. Et si Indochine garde toujours un certain nombre de places, qu'ils revendent un peu plus tard, c'est pour lutter contre "le second marché". "Depuis des années, on se bat pour que les places ne soient pas trop chères. Alors, quand on voit que des gens montent des industries où des robots pré-achètent les places et qu'ils revendent ça à 200 ou 300 euros", se désole Nicola Sirkis. "C'est un long combat", fait-il savoir, pointant du doigt les sites de revente de billets. "Il faudrait que ce soit plus encadré et que les gens n’aillent pas sur ces sites-là", plaide le groupe d'une voix unanime. 

"Pour nous, un concert n’est pas un avion avec des classes économiques, business et des premières classes", affirme le leader du groupe. Il explique notamment que pour ce "13 tour", Indochine a mis en place une "zone 13". "Quand les gens rentrent au concert, dans les 50 premières minutes, ils sont tirés au sort par une machine. S'ils sont choisis, ils peuvent être au plus près du groupe pour le concert, dans une zone délimitée - la 'zone 13' - sans avoir à payer plus cher", détaille l'artiste.

"Jouer tous nos albums en intégralité". En 2021, Indochine fêtera ses 40 ans. Une longévité exceptionnelle. Alors forcément, le groupe va fêter ça. "On a positionné des salles, réfléchit à des choses, mais rien n’est encore opérationnel", confie Nicola Sirkis. "Le but du jeu va être compliqué à réaliser", ne cache pas le chanteur. Car si rien n'est encore établi avec certitude, Indochine rêve en grand. "Le but, ce serait de jouer tous nos albums en intégralité sur 3 à 4 soirs, dans la même ville. C’est toute une logistique à mettre en place", indique Nicola Sirkis. Au total, c'est donc près de 180 morceaux et treize albums que le groupe pourrait jouer sur scène sur plusieurs soirées : "C'est un challenge que l’on a envie d’essayer. Si on y arrive, ce serait un beau moment."

Deux nouveaux clips. D'ici là, et pour patienter, les fans du groupe pourront toujours regarder deux nouveaux clips, qui seront dévoilés le 16 novembre prochain, en même temps que les deux nouvelles éditions de l’album 13, à tirage limité. "Il y a deux nouveaux clips qui ont été tournés. Gloria va être très, très fort. Et Kimono dans l’ambulance aussi", annonce Nicola Sirkis. Pour ce dernier, les interprètes de Troisième sexe se sont notamment entourés de l'actrice Béatrice Dalle. "Quand j'ai écrit Kimono dans l’ambulance, j'avais déjà une partie du film en tête. (...) Elle sera une patiente dans l'ambulance. (...) C'est un film de 12 minutes, que j'ai terminé il y a quelques jours", raconte Nicola Sirkis. Les aventures d'Indochine continuent plus que jamais.