Nicolas Rey : une histoire d'amour qui finit bien, "ça fait chier tout le monde"

  • A
  • A
Partagez sur :

Amoureux de l'amour, l'écrivain Nicolas Rey en a fait son sujet de prédilection. En cette fin d'année, il publie un beau livre sur 69 couples mythiques.

INTERVIEW

Rimbaud et Verlaine, Alfred de Musset et George Sand, Pierre et Marie Curie… Tous ces couples mythiques ont inspiré Nicolas Rey. L'écrivain d'Un léger passage à vide revient en librairie avec un beau livre, Amour, les plus belles histoires. Pour évoquer cet ouvrage mais aussi sur son parcours amoureux, il était l'invité de La voix est livre, samedi, sur Europe 1.

"On ne peut jamais reconquérir les gens". L'auteur a fait de l'amour sa spécialité. "Je suis un peu pris au piège là-dessus, dès mon premier livre. Je l'ai écrit parce que je me suis fait quitter par une fille. Je savais que c'était cuit d'avance. Malgré tout, je tenais à boire jusqu'à la lie ce qui allait arriver." Pour éventuellement reconquérir cette fille, il se dit qu'il faut laisser le temps agir et se met à écrire un roman. "Au fur et à mesure que j'écrivais, je réalisais qu'on ne peut jamais reconquérir les gens." Il enlève alors toutes les premières pages et débute l'histoire au moment où il comprend que c'est réellement fini. 

Entendu sur Europe 1
Desproges disait : "J'aime les histoires d'amour qui se terminent mal"

"Des passions qui transcendent l'amour". Comme Nicolas Rey, certains grands noms se sont servis d'amour et de souffrance pour écrire, comme Alfred de Musset et George Sand, dont l'histoire est retranscrite dans l'ouvrage qu'il publie aujourd'hui. Une histoire heureuse n'a pas d'intérêt littéraire selon Nicolas Rey, "sinon ce n'est pas une histoire d'amour". "C'est un conte de fées, ça fait chier tout le monde", considère-t-il. "Desproges disait : 'J'aime les histoires d'amour qui se terminent mal. Ce sont les plus belles car ce sont celles qui ressemblent le plus à la vie' et je trouve ça très juste."

À travers ces couples, Nicolas Rey a néanmoins découvert que "ce qu'il y a de magnifique, c'est quand il y a des passions qui transcendent l'amour" : science pour les Curie, la littérature pour Henry Miller et Anaïs Nin, la peinture pour Frida Kahlo et Diego Rivera ou encore la philosophie avec Sartre et Beauvoir. En tout, ce sont 69 grandes épopées amoureuses - pas toujours maudites - qui sont retracées et illustrées de photos et de textes dans cet ouvrage publié aux éditions La Martinière.