Molières 2015 : Nicolas Bedos a trouvé les nommés "frileux"

  • A
  • A
Molières 2015 : Nicolas Bedos a trouvé les nommés "frileux"
Partagez sur :

INTERVIEW E1 - Le maître de cérémonie de la 27e nuit des Molières, qui aura lieu lundi, regrette la frilosité des comédiens qui interviendront aussi sur scène. 

Nicolas Bedos présentera pour la deuxième fois consécutive la nuit des Molières, lundi. La cérémonie, qui récompense chaque année le meilleur du théâtre français, sera retransmise lundi sur France 2, à partir de 22h30, en partenariat avec Europe 1. Le chroniqueur, invité de Nikos Aliagas dans l'émission Sortez du cadre, samedi sur Europe 1, affiche ouvertement sa "couleur politique". Connu pour ses sorties souvent provocantes, il a pourtant eu du mal à écrire les vannes du discours des Molières, a-t-il confié à Europe 1.

Malgré "toute l'admiration" qu'il porte aux nommés de la cérémonie des Molières, Nicolas Bedos les a trouvés "frileux". L'humoriste a en effet dû réécrire ou supprimer certaines de ses vannes, que des comédiens se refusaient à assumer. "Dès que je leur mets dans la bouche une vanne, il y a le côté, houlà, il ne faut pas que je dise ça!" raconte Nicolas Bedos. Le chroniqueur, qui comprend que ces comédiens pourtant "talentueux" n'aillent pas toujours aussi loin que lui dans la provocation, déplore tout de même cette attitude "consensuelle", d'ailleurs assez française selon lui.

Épargner et préserver la "pluralité du public" rend Nicolas Bedos "un peu triste". Le chroniqueur, qui n'hésite pas à souvent taper sur la droite, se défend pourtant d'exclure qui que ce soit. "Ça ne veut pas dire que l'on refuse un public de droite quand on a certaines convictions !" s'exclame-t-il. Dans ses discours, l'humoriste confie seulement ce qui l'a choqué ou bien ce qui l’a amusé. Mais ce franc-parler est "plus difficile" lorsqu'il n'engage pas que lui. Le maître de cérémonie, qui a la ferme intention de "se charger de ce qui rend les choses antipathiques", a dû faire "beaucoup de coupes".  



Molières 2015 : le défi de Nicolas Bedospar Europe1fr