Metz espère décrocher son inscription au patrimoine mondial de l'Unesco

  • A
  • A
Partagez sur :

La municipalité de Metz entame mardi les démarches en vue d'une possible inscription du centre-ville sur la prestigieuse liste du patrimoine mondial de l'Unesco. Un titre qui peut booster le tourisme.

La ville de Metz passe mardi son "grand oral" devant les experts du ministère de la Culture. Son maire espère la voir inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco, une inscription convoitée, car susceptible d’amener de nombreux touristes dans la capitale de la Moselle.

Un site "unique". Une ville ou un site qui décroche son inscription à l’Unesco voit en effet sa fréquentation touristique bondir de 20%. Mais le beau et le spectaculaire ne sont pas les principaux critères d’élection, car pour décrocher le précieux titre il faut surtout être "unique". Un argument que Hacène Lekadir, adjoint au patrimoine, compte bien mettre en avant devant les experts du ministère de la Culture : "Nous ne voulons pas inscrire Metz sur la dimension de sa beauté. Tous les biens qui sont présentés à l’Unesco doivent prouver que Metz a un caractère unique et universel à travers le monde", explique-t-il.



Les cathédrales n'ont plus la cote. Et l'occurrence, le mélange architectural du centre-ville est l’atout majeur de Metz ; il témoigne d’une double influence, d’abord française, avec Louis XV, puis allemande sous l'empereur Guillaume II. Autre facteur, les effets de mode en matière de patrimoine ; les experts avouent que les cathédrales n'ont plus la cote, elles seraient déjà trop nombreuses sur la liste de l’Unesco. Dans ces conditions, la basilique royale de Saint-Denis n'a pas beaucoup de chances de voir son dossier aboutir, alors même qu’elle est l’un des premiers exemples du style gothique. En revanche, les plages du Débarquement, en Normandie, sont en bonne place, tout comme l'œuvre architecturale du Corbusier... et le centre-ville de Metz.

De nombreux soutiens. Pour autant, la ville devra s’armer de patience car il faut compter en moyenne huit ans entre les premières démarches et l'inscription officielle. En attendant, Metz ne manque pas de prestigieux soutiens, tels que l’ancien garde des Sceaux Robert Badinter, le chanteur Cali ou encore le designer Philippe Starck qui doit y construire un hôtel.