Mamma Mia ! réchauffe Paris, au Théâtre Mogador

  • A
  • A
Mamma Mia ! réchauffe Paris, au Théâtre Mogador
@ MAXPPP
Partagez sur :

Le célèbre musical débarque en version française. Kitsch et rythmé, un show fidèle à l’original.

"A bas" la crise, voilà Mamma Mia ! Le musical aux 42 millions de spectateurs dans le monde se joue pour la première fois en version française jeudi 28 octobre, au théâtre Mogador à Paris. Une nouvelle étape pour la comédie musicale créée en 1999 à Londres, à partir des chansons du groupe suédois Abba.

Une histoire universelle

Que ceux qui croient assister à un spectacle sur le groupe Abba se ravisent donc, il s‘agit d’une histoire originale créée à partir de la chanson The Winner takes it all, l’histoire d’une séparation. Les chansons d’Abba ont la particularité d’être "des titres pop, mais qui racontent de vraies histoires", explique le metteur en scène du spectacle, Paul Garrington. Soit elles sont utilisées pour servir l'histoire, soit elles sont simplement des mélodies que les personnages aiment, et se mettent soudainement à chanter.

Mamma Mia, c’est l’histoire de Sophie, incarnée par Gaëlle Gauthier, qui doit épouser Sky, joué par Dan Menasch, sur une île grecque. Avant de se faire passer la bague au doigt, elle souhaite connaître l’identité de son père, et fait venir ses trois pères potentiels, au grand dam de sa mère Donna.

Claire Guyot, au centre, joue le rôle de Donna, la mère de Sophie 930x620

© MAXPPP

Le casting français - 30 artistes et six musiciens live - a été un travail de longue haleine, auquel 2.500 artistes se sont présentés. Claire Guyot, alias Donna, qui a déjà joué Ariel dans la Petite sirène et double notamment Teri Hatcher dans Desperate Housewives, joue de son charisme et de sa voix cristalline pour séduire le public. On retrouve également Jérôme Pradon, un ancien des Misérables, ou Patrick Mazet, Ernst Ludwig dans Cabaret, dans les rôles des pères. Des artistes qui sont davantage comédiens et chanteurs que danseurs, mais qui ne cachent pas leur enthousiasme.

L’adaptation en français, un défi

Troisième comédie musicale la plus populaire de tous les temps, après le Fantôme de l’opéra et les Misérables, Mamma Mia a bénéficié de la publicité générée par le film sorti en 2008, avec Meryl Streep et Pierce Brosnan au casting. Traduit très vite en allemand, puis en russe, en espagnol, ou encore en japonais, le show n’avait encore jamais passé "l’épreuve" du français.

Gaëlle Gauthier et Dan Menasche, alias Sophie et Sky, les futurs mariés 930x620

© MAXPPP

Un pari difficile et risqué - l’adaptation du Roi Lion avait soulevé de vives critiques en 2007 -, mais réussi par Stéphane Laporte et Nicolas Nebot. Le premier s’est attaché à adapter les dialogues de la franchise Mamma Mia. Le second a eu la lourde tâche d’adapter les chansons mythiques d’Abba, avec la validation de Bjorn, un des membres du groupe.

"Je lui envoyais mes textes par mail", confie-t-il, en précisant qu’il avait surtout cherché à "garder les sonorités, les slogans fort, les gimmicks", et non à "traduire mot à mot".

Au final, "Mamma Mia, here I go again", devient "Mama Mia, c’est la même rengaine”, et les gimmicks forts, comme Dancing queen ou Money, money, money, ont été conservés en anglais. Un sens différent, mais une harmonie et une précision respectées, qui servent le rythme de la chanson. Si ces traductions sont assez déroutantes au début, surtout pour les fans inconditionnels d’Abba, elles sont nécessaires pour le déroulement du spectacle.

Une plongée dans l’univers Abba

Avec 125.000 billets vendus, le mois de novembre complet, et une prolongation jusque fin avril 2011, le spectacle est un succès annoncé, l’objectif étant de s'installer aussi longtemps à Paris que le Roi Lion ou Cabaret.

A l’approche de l’hiver, cette plongée dans l’univers d’Abba devrait ravir de nombreux fans. Surtout quand les personnages principaux revêtent leurs habits de lumière, "made in disco", pour un final réjouissant.

Un bémol toutefois : sachez que si vous assistez au spectacle, vous en avez pour une quinzaine de jours à fredonner Mamma mia ou Dancing Queen au travail, dans le métro, ou sous la douche. Votre entourage pourrait en souffrir…

>>> Retrouvez toutes les informations sur le spectacle en cliquant ici