Le slam ? "Un sport de poésie"

  • A
  • A
Partagez sur :

La vie parallèle de K'trin D, professeur de français, c'est le slam. Elle était l'invitée de David Abiker à l'occasion de la Coupe du monde de slam qui se déroule à Paris jusqu'à dimanche.

Catherine Duval répond aussi au pseudonyme de K'trin-D. Car la professeur de français au collège possède également les galons de présidente de la Fédération française de slam poésie. Elle était l'invitée de David Abiker samedi dans C'est arrivé cette semaine pour évoquer la coupe du monde de slam, qui se déroule à Paris jusqu'à dimanche.

Faire vivre la poésie. Et si vous vous demandez encore ce qu'est le slam, la prof a la réponse : "un sport de poésie". Et ce "sport" a été inventé dans les années 80 par un l'américain Marc Smith, ouvrier du bâtiment. L'homme de Chicago ne veut pas que la poésie soit "une vieille dame poussiéreuse en haut des étagères" comme un vieux livre que l'on n'ouvre pas. Et donne de fait du rythme à la déclamation. Catherine Duval emploie le terme de sport car l'activité est physique et passe au crible d'un jury de cinq personnes pour cette Coupe du monde.

Amener à la littérature. Le slam s'empare de tous les sujets et n'est pas nécessairement proche du rap. "Bien sûr, il y a de la poésie urbaine, là, on peut dire de la poésie classique, des haïkus...", voire du La Fontaine... mais gare aux points de pénalité car il est préférable de présenter un texte personnel en compétition. D'autant que la poésie en mode sportif reste un excellent moyen - ou un subterfuge - pour amener les élèves à la littérature et à s'écouter entre eux.

Evénement « Slam poésie 2016 », Coupe du monde et Slam à Paris, du 23 au 29 mai.