Le MoMA revend un Monet malgré les critiques

  • A
  • A
Le MoMA revend un Monet malgré les critiques
@ AFP/JUSTIN TALLIS
Partagez sur :

Le musée new-yorkais se sépare d'une peinture de l’artiste français. Mais des voix s’élèvent pour dénoncer le retour de cette œuvre dans le parc privé.

Certains amateurs d’art ont peu apprécié d’apprendre que le MoMA allait se séparer d’une œuvre de Monet. Sotheby’s va mettre aux enchères Les peupliers à Giverny mardi, un tableau peint par Claude Monet en 1887, comme l’avait repéré Slate. Une vente peu au goût de Jerry Saltz, un important critique d’art américain.

Le Museum of Modern Art (MoMA) de New York justifie son choix de se séparer de sa peinture, expliquant qu’elle se trouve en-dehors du champ chronologique de sa collection, du XXe au XXIe siècle. Cette explication ne convainc pas le critique, qui argue que le musée possède d’autres peintures plus vieilles, notamment de Seurat, Degas et Rodin.

Si en France, il est interdit aux musées de revendre une œuvre à un acquéreur privé, la législation américaine le permet, ce que déplorent les détracteurs du MoMA. Les peupliers à Giverny sera donc vendue entre 9 et 12 millions de livres (12 et 16 millions d’euros), d’après une estimation donnée par Le Monde. Un acheteur a d’ores et déjà promis d’acheter la peinture, mais on ignore pour l’instant le montant.

Glenn Lowry, le directeur du musée, affirme que l’argent servira à acquérir de nouvelles œuvres, plus récentes. Mais cette consolation ne convient pas au critique new-yorkais, pour qui "le marché est maintenant tellement déformé et tourné vers l’art contemporain que 14 millions de dollars recueillis pour la vente aux enchères d’un Monet représente bien moins que le travail de stars de l’art contemporain comme Gerhard Richter, Jeff Koons, Christopher Wool, Peter Doig et d’autres. […] Est-ce que cela vaut vraiment le coup d’échanger un Monet pour une pièce de la Locomotive suspendue de Jeff Koons ?", ironise Jerry Saltz traduit par Slate.

>> LIRE AUSSI - Une photo vendue à 4,3 millions d'euros