Le film "Made in France" sur une cellule djihadiste bientôt dans les cinémas canadiens

  • A
  • A
Le film "Made in France" sur une cellule djihadiste bientôt dans les cinémas canadiens
Le film "Made in France" (ici Malik Zidi) a été tourné avant les attentats qui ont frappé la France en 2015.@ Capture d'écran Youtube
6 partages

Le film, disponible en France seulement sur Internet, sortira dans les cinémas canadiens en mars ou avril.

Le film Made in France, dont la sortie dans l'Hexagone, initialement prévue le 18 novembre 2015, avait été déprogrammée à la suite des attentats du 13 novembre à Paris et à Saint-Denis, sera projeté dans les cinémas canadiens à partir de "mi-mars, début avril", a indiqué lundi son diffuseur.

Date à préciser. Ce long métrage, sur l'infiltration d'une cellule djihadiste ayant pour mission de provoquer le chaos dans Paris, sera diffusé dans les cinémas du Québec et du reste du Canada "dans les prochaines semaines, à partir de mi-mars, début avril au plus tard", a déclaré Armand Lafond, directeur d'Axia Films, la société ayant acquis les droits de distribution au Canada. La date exacte reste à préciser "selon la disponibilité du réalisateur Nicolas Boukhrief" afin qu'il soit présent à l'avant-première canadienne, a expliqué Armand Lafond.

En France, disponible sur Internet.Made in France raconte l'histoire de Sam (Malik Zidi), journaliste indépendant, qui profite de sa culture musulmane pour infiltrer un groupe de jeunes intégristes français préparant un attentat terroriste de grande ampleur au cœur de Paris. Dès le lendemain des attentats du 13 novembre, le distributeur du film avait annoncé que sa sortie serait repoussée à "une date ultérieure". Finalement, le film n'a été distribué en France que le 29 janvier et uniquement sur Internet.

Le titre pourrait être francisé. "Le film est respectueux. C'est une réussite, il y a une histoire, c'est bien joué, c'est extraordinairement bien réalisé", a observé Armand Lafond. A noter que la régie québécoise du cinéma, qui a notamment pour mandat de protéger la langue française, pourrait exiger que le titre soit modifié.