Le Corbusier en trois œuvres marquantes

  • A
  • A
Le Corbusier en trois œuvres marquantes
@ AFP
Partagez sur :

EXPO - L'Architecte et urbaniste visionnaire est au cœur d'une exposition événement au Centre Pompidou à Paris, du 29 avril au 3 août 2015, avec Europe 1

Charles-Edouard Jeanneret, dit Le Corbusier. Le célèbre architecte suisse, né en 1887 et mort en 1965, est devenu l'un des grands protagonistes du "modernisme architectural" en ancrant sa compréhension de l'architecture sur l'idée de mesure humaine. Ce visionnaire a d'abord travaillé sur des cités-jardins avant de conceptualiser des maisons individuelles puis de se tourner vers l'habitat collectif. Le Centre Pompidou à Paris lui consacre une grande exposition, qui ouvrira ses portes le 29 avril prochain, en partenariat avec Europe 1. L'exposition "Le Corbusier" revient sur son œuvre, à travers l'idée qu'il avait du corps, fondamentale dans ses réalisations. Quel est le génie du Corbusier et quelles œuvres ont fait sa renommée ? Europe 1 a posé la question à Frédéric Migayrou, le commissaire de l’exposition.

Le Corbusier, un architecte visionnaire. L'architecte, également peintre et sculpteur, "a défini des principes architecturaux (les cinq points), qui ont marqué toute l'histoire de l'architecture", précise Frédéric Migayrou. Le Corbusier a en effet théorisé "les cinq points d'une architecture nouvelle", les pilotis, le toit terrasse, le plan libre, la façade libre et la fenêtre en longueur, qui deviendront les figures obligées d'une bâtisse moderne. Frédéric Migayrou décrit surtout un visionnaire, qui s'est "totalement opposé à l'architecture traditionnelle", notamment en préférant le béton à la pierre. "Il est d'ailleurs l'un des premiers  à utiliser le béton sur des formes extrêmement modernes", souligne Frédéric Migayrou. Mais ce n'est pas tout. Le Corbusier "a aussi développé un fonctionnalisme non pas technique, mais organisé autour de l'ergonomie du corps, du corps en mouvement. Il a donc construit une sorte d'harmonie spatiale définie par le corps dynamique."  

La cité-jardin, inspirée des voisins. "Le Corbusier a commencé par réaliser une 'cité-jardin.' Il s'est inspiré de l'Allemagne et de l'Angleterre, où l'on pense différemment l'habitat populaire et ouvrier. L'architecte réalise alors "Pessac", une première cité-jardin, puis se lance dans la réalisation de cités-jardin verticales qui intègrent des rues intérieures mais aussi des équipements collectifs, comme une école. C'est ce qu'il appelle des "unités d'habitation", qui sont vraiment conçues comme des habitats collectifs."



La Villa Savoye, synthèse de la théorie des cinq points. "C'est l'un des grands hôtels particuliers réalisés par Le Corbusier entre 1928 à 1931 sur la commune française de Poissy, dans les Yvelines. Il s'agit d'une maison à la campagne, conçue sur pilotis avec des plans inclinés, qui magnifient l'idée du corps.  On y trouve aussi une terrasse (avec cette vision cette fois un peu hygiéniste du corps). Cette œuvre synthétise la théorie des 'cinq points' avec ses fenêtres en bandes et ses toits terrasses, qui sont la signature des modernes."

Le Corbusier, Pierre Jeanneret, Villa Savoye

© FLC, ADAGP, Paris 2015


L'église de Brochant, une chapelle pour l'histoire. "Il s'agit d'une chapelle très organique, construite pendant l'après-guerre. Cette réalisation va marquer véritablement toute l'histoire de l'architecture. Elle est conçue selon la même idée de la perception du corps. Cette idée du corps est permanente dans l'œuvre du Corbusier et fait même sa signature. Le corps est engagé dans l'espace et c'est le corps qui génère l'espace autour de lui."

Le Corbusier, Chapelle Notre-Dame-du-Haut, Ronchamp, 1955

© Centre Pompidou / Dist. RMN-GP / B. Prévost


>> A LIRE AUSSI - Unesco: candidature de Le Corbusier maintenue