La gare du Nord transformée en club électro éphémère

  • A
  • A
La gare du Nord transformée en club électro éphémère
Les trains et RER circuleront normalement malgré la tenue de cette "soirée ferroviaire". @ JACQUES DEMARTHON / AFP
Partagez sur :

FÊTE D'UN JOUR - La gare parisienne sera transformée le samedi 3 octobre en "discothèque géante et silencieuse". Les fêtards danseront un casque sur les oreilles de 23 heures 30 à cinq heures du matin.

Samedi 3 octobre, les annonces SNCF et le brouhaha des voyageurs affairés ne résonneront plus dans le hall de la gare du Nord. Et pour cause, la gare parisienne sera transformée l'espace d'un jour, ou plutôt d'une nuit en "discothèque géante et silencieuse" avec des centaines d'amateurs de musiques électro invités à venir danser avec un casque sur les oreilles sur les mix d'une douzaine de DJ. Cette opération sera lancée dans le cadre de la "Nuit Blanche", une manifestation culturelle annuelle à Paris. 

Dj Cut Killer aux platines... dans votre casque. De 23 heures 30 à cinq heures du matin, les amateurs de musique électronique se verront offrir un dancefloor de 4.000 m2. Particularité: ce "club" insolite sera donc complètement silencieux et les participants pourront à chaque instant choisir quelle musique ils veulent écouter parmi les trois DJ qui mixeront en même temps. En tout, au cours de la soirée, douze DJ (dont Cut Killer, Joris Delacroix, Mum's, Crazy B et Michael Canitrot) passeront aux platines, selon quatre plateaux de trois DJ à chaque fois.

26 euros la soirée. Ne pourront avoir accès à ce "club ferroviaire" que les personnes ayant auparavant acheté (au prix de 26 euros) leur billet en ligne sur le site digitick.com. Aucun billet ne sera en vente le soir même. "La soirée n'aura aucun impact sur la circulation des trains, puisqu'elle se déroulera après le dernier train et avant les premiers départs du dimanche matin. Elle n'engage par ailleurs aucun frais pour SNCF puisque l'intégralité de l'opération est prise en charge par les organisateurs", précise la SNCF dans son communiqué