La féministe Benoîte Groult est morte

  • A
  • A
La féministe Benoîte Groult est morte
Benoîte Groult.@ CATHERINE GUGELMANN / AFP
Partagez sur :

Immense figure du féminisme en France, la journaliste Benoîte Groult est morte lundi soir à l'âge de 96 ans.

La journaliste et écrivaine Benoîte Groult, grande figure française du féminisme, est morte lundi à l'âge de 96 ans à Hyères dans le Var, a indiqué sa famille.

"Une tellement belle vie". "Elle est morte dans son sommeil comme elle l'a voulu, sans souffrir", a indiqué sa fille, Blandine de Caunes. "Elle a eu une tellement belle vie", a dit sa fille. "Il y a le choc de la mort mais c'est mieux ainsi car elle n'allait pas très bien".

Auteure. Née à Paris en 1920, professeure, puis journaliste au sein de plusieurs rédactions (Libération, Elle, Marie Claire, Parents), elle est aussi auteure de plusieurs œuvres avec sa sœur Flora : Journal à quatre mains (1958), Le Féminin pluriel (1965), Il était deux fois (1967) ; puis, seule : La part des choses (1972), Les trois-quarts du temps (1983), Les vaisseaux du cœur (1988), La touche étoile (2006) et Mon évasion (2008).

Dénonciation. En 1975, elle avait été la première à dénoncer publiquement les mutilations génitales féminines dans son livre Ainsi soit-elle. Ce livre-manifeste était devenu un éclatant succès de librairie avec un million d'exemplaires vendus et de multiples traductions. Elle avait été décorée grand-officier de la Légion d'honneur en 2016. 

L'hommage de Hollande. "Avec Benoîte Groult disparaît une belle et grande figure du féminisme", écrit François Hollande dans un communiqué. "Journaliste, romancière, militante, elle a mené sa vie en pionnière. Précédant les causes et les luttes de son temps, Benoîte Groult ne voulait pas seulement exister pour elle-même, elle voulait faire voler en éclats les conservatismes, pour transformer la société et la mettre en accord avec ses convictions".

"Femme de culture et d'action, Benoîte Groult fut une éveilleuse de consciences. Par ses livres comme par ses engagements, elle a guidé et accompagné la conquête de chacun des droits qu'elle revendiquait pour les femmes, à commencer par celui de disposer de son corps", poursuit le communiqué de l'Elysée. "Benoîte Groult, c'était un sourire bienveillant. C'était une voix chaude. C'était une pensée exigeante. C'était un style ardent".