Juliette Fievet : Diam's "n'a pas été comprise"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Juliette Fievet, journaliste et animatrice de télévision, spécialiste du rap, explique à quel point Diam's a souffert de sa soudaine notoriété dans les années 2000.

INTERVIEW

"La célébrité semble être devenue une quête, voire un métier pour tant de gens", lâchait Diam's lors d'une interview accordée au Journal du Dimanche au mois d'octobre 2017. Pour elle, cela n'a jamais été le cas. Diam's, de son vrai nom Mélanie Georgiades, parlait même de "souvenirs pleins d'angoisses et de tristesse" à l'évocation de sa propre notoriété.

"Tout votre entourage change". "Tout votre entourage change. Même les gens les plus proches changent, pour la majorité d'entre eux. Ils ne vous parlent plus de la même façon, ils se comportent différemment", confirme Juliette Fievet, journaliste et animatrice de télévision, spécialiste du rap, dans l'émission Hondelatte raconte sur Europe 1.

"Cette notoriété vous plonge dans une solitude". Si elle assure que Diam's "était prête" à faire face à cette nouvelle vie, elle explique que "le rapport avec l'être humain, le rapport avec la vie, tout est complètement différent". "C’est extrêmement perturbant d’être montré du doigt ou d’avoir des gens qui vous regardent en pleurs. C’est complètement surréaliste", appuie la journaliste. "Finalement, cette notoriété vous plonge dans une solitude." "Nous ne sommes pas faits pour vivre dans ce genre de contexte, c'est violent", complète-t-elle.

"On est dans la comparaison des souffrances". Et ce mal-être n'a pas forcément été bien compris par certaines personnes, estimant que l'auteure de La Boulette avait tout ce qu'il fallait pour être heureuse. "On est dans la comparaison des souffrances et les gens sont très manichéens. Pendant un certain bout de temps, elle n'a pas été comprise."

"Elle voulait essayer de rendre le monde meilleur." Mais si Diam's "n'est pas quelqu'un qui avait pour but ultime d'être connue", elle avait besoin de la célébrité pour véhiculer ses messages. "C'est quelqu'un qui voulait dire tout haut ce que beaucoup de gens pensaient tout bas. Elle voulait passer des messages. C’est une militante, une révolutionnaire, elle voulait essayer de rendre le monde meilleur", explique Juliette Fievet.

La notoriété, "un outil qui s'est retourné contre elle". Elle s'est donc servi de la notoriété comme d'un "outil pour faire passer le message mais ce n'était pas une fin en soi. Cet outil-là s'est retourné contre elle." Elle a fini par définitivement tourner la page du rap. "Elle est passée par plein de turbulences" mais aujourd'hui, "elle a trouvé la paix", conclut Juliette Fievet.