Johnny en concert à Bruxelles, pour "rester vivant"

  • A
  • A
Johnny en concert à Bruxelles, pour "rester vivant"
@ PATRIK STOLLARZ / AFP
Partagez sur :

"Quand Johnny est arrivé, on a fait abstraction" des attentats, confie Marguerite qui est passée tout prêt du drame mardi 22 mars.

REPORTAGE

Malgré les attentats de Bruxelles, les spectateurs ont dit ne pas vouloir "capituler" face à "la barbarie": à guichet fermé, soit près de 12.000 places, tous ont voulu montrer qu'il fallait "rester debout". Europe 1 était sur place.

"On a eu le blues, mais on se laissera pas abattre". Dès l'extinction des lumières, le drapeau belge s'affiche sur les écrans géants. Dans la foule, il y a ces cris, ces larmes, ce mardi maudit à évacuer. Marguerite est passée tout prêt du drame ce jour là, elle prenait simplement le métro. "Je ne peux pas dire que c'est oublié, j'oublierai jamais ce qui s'est passé, mais quand Johnny est arrivé, on a fait abstraction de tout ça et c'est un des plus beaux concerts que j'ai jamais vécu", confie-t-elle au micro d'Europe 1. 



 "Quand on n'a que l'amour". "Une partie de mon sang est français par ma mère et l'autre belge par mon père", a simplement lancé au début du spectacle le chanteur à son public, qui a entonné en retour des "Johnny, Johnny, Johnny!". Le rythme, le rock pendant deux heures et l'hommage, seulement à la fin. Des notes de piano pour emprunter au répertoire de Jacques Brel "Quand on n'a que l'amour". "Je voudrais dédier ce morceau à toutes les victimes des attentats, à tous les Bruxellois et à tous les Belges. Je vous aime", a dit la star. Et c'est alors toute une famille bruxelloise qui se prend dans les bras, les yeux humides et les sourires retrouvés. "On a eu le blues, mais on se laissera pas abattre", murmure un homme dans le public. 

Un puissant remède à la panique. Après le show, vers la sortie, des spectateurs remercient les militaires armés de fusils d'assaut. Le concert, ils l'ont entendu de loin, à l’extérieur de cette salle qu'ils ont protégé toute la soirée. Car si le chanteur français a décidé de maintenir ses deux dates dans la capitale belge, c'est notamment grâce à l'assurance d'un dispositif de sécurité renforcé. "Nous avons triplé les effectifs et bénéficions du renfort de la police et de l'armée. Tout le monde est palpé, ce qui n'est pas forcément le cas d'habitude car la loi belge ne nous y oblige pas", a admis Stefan Feldbusch, coordinateur de la sécurité du Palais 12 où se déroulait le concert.

joT

© PATRIK STOLLARZ / AFP