Jeanne Cherhal : "Je n'ai pas pu m’empêcher d'écrire sur le 13-Novembre"

  • A
  • A
Partagez sur :

L'artiste se produit le 25 janvier à l'Olympia en piano-voix pour terminer sa tournée. Pour l'occasion, elle était l'invitée live d'"Europe 1 Music Club".

INTERVIEW

Jeanne Cherhal termine sa tournée piano-voix dans quelques dates. Pour l'occasion, l'artiste était l'invitée d'Europe 1 Music Club. Elle est revenue sur son parcours et les thèmes qui l'inspirent, avec une grande place faite à l'actualité et à son instrument de prédilection, le piano.

Autodidacte. L'artiste commence l'instrument vers 13 ans, "en reprenant William Sheller. Le piano a cette particularité de proposer un face à face avec celui qui en joue. Des fois, j'ai l'impression d'entrer en collision avec lui et des fois de ne faire qu'un." Pour une autodidacte, la musicienne a coché les cases de beaucoup de récompenses, aussi bien du public que de la profession.

Multi-récompensée. En 2000, elle gagne le tremplin des Vieilles Charrues, devient ensuite révélation du Printemps de Bourges et chevalier des Arts et des lettres. Elle obtient également une Victoire de la musique et deux Grands prix de l'Académie Charles-Gros. "Ce ne sont pas des fins en soi mais ça fait vachement plaisir. Assez rapidement après, on se dit qu'on a encore tout à faire", nuance-t-elle.

Entendu sur Europe 1
J'avais vraiment envie de parler de ce qui s'était passé, de ce qu'on ressentait. Ce n'est pas évident de parler depuis sa fenêtre de quelque chose d'aussi grave, d'aussi dingue.

Elle est aussi une parolière reconnue par ses pairs, de Johnny Hallyday à Benjamin Biolay. "De nature, je suis assez solitaire, un peu timide, du coup, le fait d'ouvrir mes portes, c'est hyper jouissif et enrichissant." C'est "quelques semaines après" les attentats du 13-Novembre qu'elle utilise ses talents pour écrire N'importe où, n'importe quand. "J'avais vraiment envie de parler de ce qui s'était passé, de ce qu'on ressentait. Ce n'est pas évident de parler depuis sa fenêtre de quelque chose d'aussi grave, d'aussi dingue. Je n'ai pas pu m'en empêcher. Depuis le début de ma tournée solo, elle ouvre le concert."

Hommage à Sanson. L'actualité bien plus légère aiguille aussi son répertoire. Elle rebondit ainsi sur le fameux texto de Nicolas Sarkozy en créant Si tu reviens, j'annule tout ou s'inspire pour un autre titre des Pussy Riot. "La chanson permet une réaction épidermique." Avec cinq disques, du théâtre - elle a notamment joué dans Les monologues du vagin - et la reprise du répertoire de l'album Amoureuse de Véronique Sanson pour un unique concert, Jeanne Cherhal choisit de ne pas se fixer de limites. Prochain défi : l'Olympia en piano-voix le 25 janvier, une première.