Jean-Pierre Darroussin, au sujet du film "Chacun pour tous" : "C'est extrêmement comique comme situation"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Chez Laurence Boccolini, le comédien évoque le long-métrage de Vianney Lebasque, qui raconte l'envoi d'une fausse équipe de déficients intellectuels de basket-ball aux JO de Sydney.

ÊTES-VOUS PRÊTS À JOUER LE JEU ?

Jean-Pierre Darroussin est à l'affiche de Chacun pour tous de Vianney Lebasque, en salles le 31 octobre. Un long-métrage inspiré d'une histoire vraie, celle de l'équipe de déficients intellectuels de basket-ball espagnole, aux Jeux olympiques de Sydney, en 2000. Chez Laurence Boccolini mercredi, l'acteur, qui joue le rôle du coach, évoque cette histoire.

"Une très bonne idée de faire un film là-dessus". En 2000, la fédération espagnole avait envoyé une équipe de basket-ball où 10 des 12 joueurs n'étaient pas handicapés mentaux. L'affaire avait provoqué un véritable tollé. C'est cette histoire que Vianney Lebasque a choisi de porter à l'écran, en adaptant la situation à une équipe française. "Je connaissais cette histoire, alors quand Vianney Lebasque est venu me proposer le rôle, ça m'a fait 'tilt'. Je me suis dit que c'était une très bonne idée de faire un film là-dessus", raconte Jean-Pierre Darroussin. "C'est extrêmement comique comme situation", souligne l'acteur français, qui a joué dans plus de 80 longs-métrages durant sa carrière.


>> Êtes-vous prêts à jouer le jeu ? Tous les jours de 16h à 17h avec Laurence Boccolini. Retrouvez le replay de l’émission ici

"La marge est plutôt infime entre ceux qui se pensent normaux et les autres". Pour le film, Vianney Lebasque a fait appel à des acteurs comiques comme Ahmed Sylla, Estéban ou encore Olivier Barthélémy, mais aussi de vrais comédiens déficients mentaux, "incorporés à notre troupe". "Comme le dit mon personnage, on se rend compte qu'il n'y a pas beaucoup de différences : la marge est plutôt infime entre ceux qui se pensent normaux et les autres", fait savoir Jean-Pierre Darroussin.

L'acteur ne cache pas que le sujet peut être délicat, mais il a toute confiance en Vianney Lebasque, le réalisateur. "Ses parents s'occupaient d'un centre pour déficients mentaux", indique le comédien, "il a énormément d'affection, de connaissance et de tendresse pour ces personnes, il sait en parler."