Jean-Marie Bigard : "Les femmes sont plus intelligentes que les hommes"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Après avoir failli mourir à l'été 2016, l'humoriste à l'image macho reprend la scène à contre-emploi. Il était l'invité d'Isabelle Morizet pour présenter ce nouveau challenge.

INTERVIEW

L'entrée en scène se fait sur la musique de Pretty Woman. Les cheveux sont blonds, la robe aussi rouge que le rouge à lèvres. Sur les planches, c'est pourtant bien Jean-Marie Bigard qui s'avance. L'auteur du Lâcher de salopes innove pour son nouveau show, Nous les femmes, en se coulant dans la peau d'un personnage... féminin. Il était l'invité d'Isabelle Morizet, samedi, pour parler de ce dixième spectacle qu'il joue sur plus de 300 dates.

"Les femmes voient très bien qu’entre deux couilles, il y a un cœur". En femme, il s'adresse aux hommes, avec poigne. "Je montre à la terre entière qu’une femme peut brocarder les hommes. C’est magnifique de pouvoir changer de camp", déclare l'humoriste qui incarne une "Madame sans gêne". Cette idée a pris sa source dans le rêve d'un ami qui l'avait imaginé faisant un sketch dans lequel il demandait pardon aux femmes. Car Bigard, avec son humour macho et son côté grivois, est volontiers taxé de misogyne.

Pourtant, les femmes ne semblent pas lui en vouloir et s'affichent dans les rangs de son public. "C'est parce que les femmes sont plus intelligentes que les hommes. Dieu a fait qu’elles soient un peu moins fortes que nous, donc elles sont obligées d’être plus intelligentes. L’homme passe par la force. C’est un gros bourrin, mais les femmes voient très bien qu’entre deux couilles, il y a un cœur." C'est là que l'on retrouve son phrasé fleuri.

"La meilleure pilule rajeunissante, ce sont les enfants". Mais Jean-Marie Bigard n'hésite pas aussi à dévoiler sa sensibilité. Il évoque les périodes les plus dures de sa vie, la perte de ses parents à quelques années d'intervalle et ses débuts difficiles dans la profession d'humoriste. Après un malaise, qui a failli aboutir à une septicémie en août 2016, sa voix reste fragile. "J’ai failli mourir l’année dernière. La meilleure pilule rajeunissante, ce sont les enfants. J’en ai trois, un de ma première femme qui est au Brésil, je vais les voir bientôt, et puis, j’ai mes jumeaux", Jules et Bella, 4 ans et demi, qu'il a eus avec son épouse, Lola Marois.

Agé de 62 ans, il l’affirme : "il est hors de question que mon cerveau accepte un jour d’attraper une merde qui ferait que je mourrai." Après avoir fait le Stade de France devant 52.000 personnes et avec des écrans géants de 340 mètres carrés, il continue d'appliquer sa devise : celle de ne jamais s'arrêter.