Jean Gabin, en trois films clés

  • A
  • A
Jean Gabin, en trois films clés
@ AFP
Partagez sur :

France 3 consacre un documentaire à l'acteur français, comédien historique du septième art hexagonal.

Une gueule de cinéma, une vraie. Jean Gabin, mort en 1976 à Paris, a fait les beaux jours du cinéma français pendant des années. Vendredi soir, France 3 lui consacre un documentaire à 20h55 : Un Français nommé Gabin. L'occasion de revenir sur la très prolixe carrière de l'acteur en trois films clés.

Gabin ouvrier, Le Quai des Brumes. Dans les années 1930, Jean Gabin incarne une figure bien particulière dans le cinéma français, celle de l'ouvrier. À l'écran, le comédien représentera le corps prolétaire sur de nombreux films : La belle équipe (1936), Gueule d'amour (1937) ou encore Le Quai des brumes (1938). Dans ce dernier film cité, réalisé par Marcel Carné, Jean Gabin interprète un déserteur de l'armée coloniale. Au Havre, il rencontre Nelly (Michèle Morgan) avec qui il noue une relation. Le film fonctionne ainsi autour de deux duos mythiques. D'un côté, la troisième collaboration entre Marcel Carné et Jacques Prévert ; de l'autre, le couple Gabin-Morgan et une réplique qui restera dans l'histoire : "T'as d'beaux yeux, tu sais".

Avec Touchez pas au grisbi, Becker relance Gabin. Pendant la Seconde Guerre mondiale et sous l'occupation, Jean Gabin fait le choix de ne pas tourner pour les Allemands et quitte la France pour les Etats-Unis. En 1943, il s'engage même dans les Forces Françaises Libres. Après la guerre, il décide de reprendre sa carrière d'acteur mais les années ont passé et l'acteur a changé. Ses cheveux blancs, à tout juste 40 ans, marquent le public.

Ce retour sur grand écran ne rime pas immédiatement avec réussite. C'est le film de Jacques Becker, Touchez pas au grisbi (1954) et ses 4 millions d'entrées, qui permettent à l'acteur de véritablement revenir sur le devant de la scène. Le long-métrage est historiquement important à plus d'un titre. La carrière de Gabin est relancée et celle d'un tout nouveau comédien, du nom de Lino Ventura, est lancée.

Le mythe Gabin, Un singe en hiver. La carrière de Jean Gabin est marquée par les rencontres avec de grands acteurs et actrices : Morgan, Arletty, Ventura, Bourvil, Louis de Funès ou encore Alain Delon. Un singe en hiver, d'Henri Verneuil, lui permet de côtoyer Jean-Paul Belmondo. Comme un symbole, ce dernier a tourné deux ans plus tôt dans À bout de souffle de Jean-Luc Godard, oeuvre éminent moderne du courant de la Nouvelle Vague, qui redessinera le paysage cinématographique mondial. Deux symboles de cinéma et deux mythes du septième art réunis l'écran, pour la seule fois de l'Histoire.