James Horner, compositeur de la musique de "Titanic", meurt dans un crash d'avion

  • A
  • A
James Horner, compositeur de la musique de "Titanic", meurt dans un crash d'avion
James Horner, compositeur de la musique de "Titanic", est mort lundi@ AFP
Partagez sur :

Le compositeur américain oscarisé est mort lundi dans le crash de son avion, à 61 ans. Il était notamment l'auteur de la musique de "Titanic" et de "Braveheart". 

Il était l'un des compositeurs les plus en vue à Hollywood. James Horner, connu pour avoir composé, entre autres, la bande-originale du film Titanic de James Cameron est mort lundi, à l'âge de 61 ans. Selon les informations de Variety, son petit avion privé s'est écrasé près de Santa Barbara. On ne connait pas encore les raisons de ce dramatique accident, mais le pilote était seul à bord. "Nous avons perdu une personne incroyable avec un cœur énorme et un talent incroyable", a réagi son assistante sur Facebook avant d'ajouter :"Il est mort en faisant ce qu’il aimait".

Compositeur à succès. James Horner est le compositeur des bandes originales de certains des plus grands succès de ces dernières années. Il est notamment l'auteur de la musique de trois films de James Cameron, Titanic, Aliens et Avatar. Pour son travail sur Titanic, il a reçu l'Oscar de la meilleure bande-originale et de la meilleure chanson, avec My Heart Will Go On, chantée par Céline Dion. "René et moi sommes bouleversés par la mort tragique de notre ami et collaborateur James Horner. Nous gardons le souvenir d’un homme merveilleux qui par son immense talent, transforma ma carrière. Il nous manquera. Mes plus sincères condoléances à sa famille", a réagi Céline Dion sur son site officiel.  

Mais le compositeur est aussi l'auteur d'autres bande-originales, dont celle d'A Beautiful Mind, Apollo 13, ou Braveheart :

"Mon métier - et j'en parle sans arrêt avec James Cameron - est de m'assurer qu'à chaque instant d'un film, le spectateur est susceptible d'être touché au fond de son cœur", confiait James Horner dans une interview accordée au Los Angeles Times en 2009.