Isabelle Mergault : "L'écriture, c'est une grande liberté"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Dans Il n'y a pas qu'une vie dans la vie, Isabelle Mergault évoque sa carrière qui prend une nouvelle tournure, avec la sortie de son premier roman.

INTERVIEW

Actrice, réalisatrice, scénariste, comédienne et maintenant... écrivaine ! Isabelle Mergault multiplie les cordes à son arc. Le 8 mars, elle a sorti son premier roman, Un escargot tout chaud. Dans Il n'y pas qu'une vie dans la vie, elle revient sur sa carrière en compagnie d'Isabelle Morizet.

Un chuintement pas si inutile. Elle le confesse sans rougir. Le chuintement caractéristique de sa voix, reconnaissable entre tous, a servi Isabelle Mergault dans sa carrière. "Cela m'a collé un masque dont j'ai été prisonnière, mais qui m'a quand même bien aidé", indique la comédienne. "Si je n'avais pas eu mon défaut de prononciation, est-ce que j'aurais marqué autant ?", s'interroge l'actrice. Un chuintement qu'elle a d'ailleurs refusé de corriger, sur conseil d'un médecin qui lui expliquait que cela pourrait changer, négativement, sa carrière.

"Avec mon défaut de prononciation, je ne suis pas prise au sérieux". Pour autant, cette difficulté pour prononcer les "che" et les "je" n'est pas une partie de plaisir au quotidien. "Quand je rentre dans un endroit, une boulangerie ou n'importe quoi, je ne dis jamais 'bonjour', car j'ai dû mal à le dire", explique Isabelle Mergault. "Mais je compense au moment de dire 'au revoir'", précise-t-elle avec amusement. Autre conséquence, on sous-estime les dires de l'actrice. "Avec mon défaut de prononciation, je ne suis pas prise au sérieux. Les gens, au lieu d'écouter mes revendications, ils entendent d'abord un sketch", déplore-t-elle.

"J'ai toujours détesté l'autorité". Isabelle Mergault a débuté au cinéma, devant la caméra, puis derrière, en tant que réalisatrice avec Je vous trouve très beau, en 2005. Le projet est en réalité né d'un échec. La comédienne devait écrire un scénario pour André Téchiné, mais ce dernier a finalement refusé le travail d'Isabelle Mergault. "Il n'a pas saisi mon humour et mon producteur m'a dit : 'on va changer de metteur en scène, mais le scénario restera ainsi'", décrit-elle. Il n'y aura finalement pas d'autre réalisateur puisque c'est Isabelle Mergault qui se voit chargée de mettre en scène sa propre histoire. Pour ce film, elle recevra le César du meilleur premier film.





"C'est une grande liberté l'écriture". C'est à partir de cet épisode de cinéaste-scénariste qu'Isabelle Mergault va se découvrir une seconde vie, pour l'écriture. "Quand j'étais môme, je ne savais pas ce que je voulais faire, mais je savais que je voulais être libre et indépendante", se souvient Isabelle Mergault. "J'ai toujours détesté l'autorité, j'ai toujours été indépendante et je ne voyais pas pourquoi il fallait que je rende des devoirs", se remémore la comédienne. Aujourd'hui, avec l'écriture, notamment d'un roman, Isabelle Mergault a trouvé l'équilibre parfait. "C'est une grande liberté l'écriture, surtout pour un roman", indique-t-elle.

"J'écris beaucoup dans ma voiture (pendant les embouteillages, ndlr), ou sinon dans mon bureau", raconte-t-elle. Son premier roman, Un escargot tout chaud, fait 180 pages et narre l'histoire de Rose, propriétaire d'une bijouterie qui, un beau matin, se fait braquer.