Golden Globes : Isabelle Huppert sacrée meilleure actrice dramatique pour "Elle"

  • A
  • A
Partagez sur :

L'actrice française a été récompensée pour le rôle de femme violée qu'elle joue dans Elle, le film de Paul Verhoeven.

Isabelle Huppert a reçu dimanche à Los Angeles le Golden Globe de la meilleure actrice dramatique pour son rôle de femme violée dans Elle de Paul Verhoeven. Pour ce prix, elle était en lice contre Amy Adams (Premier contact); Jessica Chastain (Miss Sloane); Ruth Negga (Loving) et Natalie Portman (Jackie). Elle, sorti en mai 2016 en France, a aussi décroché le Golden Globe du meilleur film étranger dimanche soir.

"Merci". En recevant son prix, Isabelle Huppert a chaleureusement remercié Paul Verhoeven de l'avoir "laissé être (elle-même)". "Merci", a-t-elle dit aux votants, "de m'avoir fait gagner dans un film français dirigé par un réalisateur néerlandais, ici aux États-Unis." "Il y a des gens du monde entier dans cette salle, de Chine, d'Amérique, d'Europe. N'attendez pas du cinéma qu'il dresse des murs et des frontières", a-t-elle lancé, dans un message direct au président élu Donald Trump, qui a promis d'ériger un mur entre les États-Unis et le Mexique.

Première grande récompense aux États-Unis. Légende du cinéma aux plus de 100 films, Isabelle Huppert avait déjà gagné de très nombreux prix à travers le monde, mais n'avait été que peu récompensée aux États-Unis, avant Elle. Ce Golden Globe complète la moisson américaine que lui a valu ce thriller transgressif de Paul Verhoeven, accueilli par des critiques dithyrambiques.

"Un personnage particulièrement riche". Dans cette adaptation d'un roman de Philippe Djian, elle interprète une femme violée qui, loin de s'effondrer, va traquer son agresseur, se lancer dans un jeu érotique avec lui, avant d'en avoir raison. "Je suis vraiment heureuse de la réception du film et de l'attention qui lui est portée", avait-elle expliqué à la veille des Golden Globes. "Être ici dans un film français dirigé par un réalisateur néerlandais, ça prouve que le cinéma parfois abolit les frontières", avait-elle ajouté. "Le fait qu'elle soit présentée dans la multiplicité de ce qu'on est tous au fond, une mère, une ex-femme, une fille, ça en fait un personnage particulièrement riche", avait-elle estimé. Le rôle de Michèle avait à l'origine été proposé à plusieurs actrices américaines qui l'ont refusé, le jugeant trop risqué.