Intermittents : "pas raisonnable" de menacer les festivals selon Jack Lang

  • A
  • A
Intermittents : "pas raisonnable" de menacer les festivals selon Jack Lang
Jack Lang était l'invité d'Europe 1 samedi.
Partagez sur :

INTERVIEW E1 - L’ancien ministre la Culture a rappelé son soutien aux artistes tout en leur conseillant de ne pas mettre en danger “la floraison des festivals”.

L’INFO. Du soutien mais aussi des conseils, c’est ce qu’a prodigué aux intermittents du spectacle l’ancien ministre de la Culture Jack Lang. Interrogé sur Europe 1 par Benjamin Petrover, le socialiste est également revenu sur la menace que fait peser cette grève sur les festivals de l’été. Il a également parlé de la 33ème édition de la Fête de la musique dont il a été le créateur dans les années 80.



Jack Lang : Il n'est pas raisonnable de...par Europe1fr

Vous manifestiez en début de semaine votre soutien au mouvement des intermittents,  maintenant que Manuel Valls a annoncé des financières pour apaiser le mouvement, soutenez-vous toujours la CGT spectacle ?

Je n’ai pas soutenu une organisation en particulier, je soutiens toujours les artistes et les créateurs. Il faut que dans cette période où s’ouvre une période de réflexion, la vigilance s’impose. Certaines actions sont positives, par exemple la prise en charge provisoire par l’Etat du différé de l’intermittence qui permet de soulager tous ceux qui étaient très atteints par ce mauvais accord signé par les partenaires sociaux sur l’intermittence. Autre bonne chose : la décision de confier la réflexion à des personnalités qui, je l’espère, aboutir à des conclusions positives dans le cadre de la solidarité interprofessionnelle.

Il n’empêche aujourd’hui la CGT Spectacle menace de faire grève pendant des festivals notamment celui d’Avignon, est-ce bien raisonnable ?

Encore une fois je soutiens de toutes mes forces les artistes, je les ai soutenus en 2002. Moi je soutiens le mouvement qui consiste à tout faire pour qu’avant la fin de l’année nous ayons un bon système d’intermittence dans le cadre de la solidarité professionnelle. Si j’ai un conseil à donner, mais il est très personnel : que les artistes et les intermittents manifestent durant les festivals, ça c’est une bonne chose, mais je crois qu’aujourd’hui ce ne serait pas raisonnable de mettre en cause cette floraison de festivals qui font la richesse culturelle et économique du pays. Je crois les artistes à la fois volontaires et enthousiastes et capables de faire preuve d’intelligence politique. Mais en même temps il faut être vigilants car il ne faut pas que ces rencontres entres les personnalités choisies par Manuel Valls aboutissent à rien. Il faut tenir les deux bouts du manche : d’un côté se battre et réaffirmer cette exigence de justice dans le système d’intermittence et de l’autre tout faire pour que ces festivals qui font la richesse du pays puissent se maintenir.

Intermittents 930X620

La Fête de la musique est évènement que vous avez porté à bout de bras dès 1982, cela fait donc 33 ans …c’est un bel âge ?

Finalement ce petit bébé a grandi sans perdre sa juvénilité, sa créativité et son inventivité. Avant on disait « Faites de la musique » et c’est vrai qu’à travers tout le pays et le monde entier, les gens font de la musique, donc c’est toujours un évènement majeur international !

Une cinquantaine de bars parisiens boycottent la fête, ils ne vont jouer aucune musique car ils dénoncent les agissements abusifs de la préfecture le reste de l’année et le manque d’intérêt de la mairie de Paris pour la nuit et les pressions des associations de riverains. Vous les comprenez ces bars-là ?

C’est vrai qu’il y a aujourd’hui à paris une difficile coexistence entre une vie nocturne et toute une série d’autres préoccupations comme la tranquillité des riverains et je les comprends ? Mais je ne pense pas que la méthode choisie soit la bonne : fermer le soir de la fête de la musique ce n’est pas une si bonne idée, ils auraient mieux fait d’ouvrir et d’en profiter pour informer les clients. C’est vrai que la vie nocturne est beaucoup plus intense par exemple à Londres ou à Berlin…il faudrait que la mairie de Paris s’empare de ce dossier. Il faut que Paris soit une ville vivante créative inventive. Il faut qu’on vienne à Paris pour rire s’amuser et attirer les visiteurs de l’extérieur.

YouTube menace désormais de bloquer les vidéos de certains artistes en tout cas ceux qui émanent de petits labels. Dans ce bras de fer, YouTube n’est-il pas en train de prendre une place trop dangereuse ?

Quand on veut attaquer ces questions, il faut cesser d’être peureux, d’être trouillard. Il faut prendre le taureau par les cornes. Essayons d’imaginer des alliances entre les groupes musicaux. Il faut que le rapport Lescure qui n’est pas encore appliqué soit pleinement appliqué. Il y a beaucoup d’initiatives à prendre. Voyez par exemple dans le domaine du livre, face à Amazone, des libraires se sont groupés, modernisés, informatisés. Il faut se battre avec intelligence contre les grands comme YouTube, il faut que les petits se regroupent et que les pouvoirs publics leur donnent un coup de main. Jamais l’inéluctable ne se produit s’il y a en face de l’inventivité, de l’enthousiasme et de la créativité.

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460_scalewidth_460

CULTURE - Intermittents : la CGT menace le festival d'Avignon

CULTURE - Intermittents : Valls, entre fermeté et gestes de bonne volonté

PING PONG - Pour ou contre la réforme : les intermittents débattent

SORTIE DE CRISE ? - Intermittents : Valls décrit un "système arrivé à bout de souffle"