Héritage de Johnny Hallyday : Nathalie Baye soutient Laura et charge Laeticia

  • A
  • A
Partagez sur :

L'ex-compagne de Johnny et mère de Laura Smet a apporté lundi, dans un communiqué au "Figaro", son soutien aux enfants du chanteur dans la bataille les opposant à Laeticia Hallyday.

Elle ne s'était pas exprimé jusque-là. Mais "la multitude de mensonges et d'attaques circulant dans la presse et sur les réseaux sociaux [l'ont] fait sortir de [son] silence". Dans un communiqué envoyé au Figaro lundi, Nathalie Baye, ex-compagne de Johnny Hallyday et mère de Laura Smet, donne son point de vue sur l'affaire de l'héritage du rockeur. Sans surprise, elle soutient sa fille ainsi que David Hallyday, égratignant au passage Laeticia Hallyday et sa famille.

David et Laura "étaient les bêtes noires de leur belle-mère". "J'apporte toute ma force et mon amour à David et Laura", écrit-elle. "Johnny aimait ses enfants, les aînés David et Laura ainsi que Jade et Joy. Malheureusement, les aînés étaient les bêtes noires de leur belle-mère. Johnny en a beaucoup souffert, David et Laura aussi", lâche l'actrice, qui dépeint une réalité "beaucoup moins gracieuse" que ne pouvaient laisser l'imaginer les photos de famille.

"Johnny ne supportait pas" son beau-frère. "Toute la famille Boudou est citée sur le testament, jusqu'au frère que Johnny ne supportait pas, tandis que David et Laura, artistes eux-mêmes, se voient refuser ne serait-ce que le droit d'écouter le projet d'album posthume de leur père", continue Nathalie Baye. "Être nié dans cette filiation artistique est reçu comme une vraie douleur et une grande injustice. Que faut-il faire pour retrouver la raison? Tous ceux qui ont aimé Johnny ne peuvent que le souhaiter." Le frère de Laeticia que "Johnny ne supportait pas" s'appelle en réalité Grégory Boudou. Gérant d'une discothèque au Cap d'Agde, c'est lui qui deviendrait, si sa sœur venait à mourir, l'exécuteur testamentaire de l'héritage du rockeur.

Première audience le 15 mars. David et Laura Smet ont intenté une action en référé pour obtenir un droit de regard sur l'album posthume de Johnny, ainsi que le gel de son patrimoine dans l'attente du règlement du litige sur l'héritage. Une premiere audience en référé a été fixée au 15 mars devant le tribunal de Nanterre.