Grotte Chauvet : polémique autour de sa découverte

  • A
  • A
Grotte Chauvet : polémique autour de sa découverte
@ JEFF PACHOUD / AFP
Partagez sur :

Plusieurs spéléologues se disputent aujourd'hui la découverte de la caverne ardéchoise. 

La grotte Chauvet, située en Ardèche et classée en juin au patrimoine mondial de l'humanité par l'Unesco, fêtait, jeudi, les vingt ans de sa découverte. Mais les festivités sont quelque peu perturbées par une polémique. Trois spéléologues assurent avoir découvert la caverne six mois avant la date officielle.

Qui sont les découvreurs officiels ? C'est officiellement Jean-Marie Chauvet, qui a donné son nom à la grotte, Éliette Brunel et Christian Hillaire qui ont découvert la grotte Chauvet, véritable joyaux qui renferme des fresques vieilles de 36.000 ans, le 18 décembre 1994. 

Une nouvelle version de la découverte. Michel Rosa, sa femme Sylvane Lucot et son ami Didier Lanthelme, trois autres spéléologues, affirment pour leur part qu'ils ont découvert la grotte six mois auparavant, en compagnie de deux découvreurs officiels : Jean-Marie Chauvet et Éliette Brunel. Ils assurent aussi que c'est grâce à leur travail d'exploration que l'autre équipe de spéléologues a finalement trouvé la grotte, sans pourtant les associer au récit officiel de la découverte. "On a gratté un bon moment. Baba (Michel Rosa, ndlr) était persuadé qu’il y avait une cheminée d’équilibre. Comme l’espace était réduit, Jean-Marie (Chauvet, ndlr) et Lilie (Éliette Brunel, ndlr) menaient des prospections ailleurs. En toute fin d’après-midi, ils sont venus voir où on en était et là ils ont entendu Didier (Lanthelme, ndlr) dire que c’était prometteur", a expliqué, dans le détail, Sylvane Lucot, à propos de leurs recherches, ce jour de juin 1994, dans les colonnes du Dauphiné.  

C'est une stalactite, élevée en travers de leur route, qui aurait finalement empêché leur progression. Michel Rosa, Sylvane Lucot et Didier Lanthelme racontent encore qu'ils avaient l'intention de revenir sur place, sans savoir pourtant quels trésors renfermait la cavité. Mais entre-temps, d'autres, à qui ils avaient confié leurs soupçons, les ont devancés. Cette version des faits, les trois spéléologues l'ont faite attester devant huissier.

Reconnaissance. Les trois spéléologues ne revendiquent pas la découverte de la grotte à proprement parler,ni aucun dédommagement officiel, mais ils souhaitent que la vérité soit rétablie. Cela passe selon eux par la reconnaissance du travail préparatoire qu'ils ont accompli. "Je ne réclame rien sinon une reconnaissance pour avoir participé à la découverte de la cavité du Pont-d’Arc", a fait savoir le spéléologue Michel Rosa, lors d'une conférence de presse évoquée par Le Dauphiné

Aujourd’hui, les spéléologues souhaitent que leurs noms figurent sur la plaque et les documents officiels comme ayant "participé à l’exploration de la grotte et l’invention des figurations pariétales", ont-ils fait savoir.