Gérard Jugnot : "J'essaie de rire, mais ce n'est pas ma nature première"

  • A
  • A
Partagez sur :

Sur Europe 1, le comédien se confie sur sa carrière au micro d'Isabelle Morizet.

INTERVIEW

Il est de retour au cinéma le 12 avril prochain, devant et derrière la caméra, pour C'est beau la vie quand on y pense. Gérard Jugnot, membre de l'indémodable troupe du Splendid, était samedi sur Europe 1 dans Il n'y a pas qu'une vie dans vie, pour revenir sur sa carrière et le cinéma en général.

Les années Splendid. C'est une rencontre qui a changé sa vie. Pourtant, elle aurait pu ne jamais se produire. À 9 ans, le jeune Gérard déménage de Vincennes à Puteaux. Il reçoit un prix d'honneur qui lui permet d'être admis au Lycée Pasteur de Neuilly. Un an plus tard, la ville n'acceptait plus les enfants de Puteaux et Gérard Jugnot n'aurait jamais rencontré ses camarades de classe, comme Christian Clavier ou encore Thierry Lhermitte. Ensemble et avec d'autres, ils formeront la troupe du Splendid. Pour autant, l'acteur affirme qu'il aurait quand même été comédien. "Je me serais accroché à un autre groupe", plaisante-t-il, "mais c'est vrai que c'était une chance folle".

Avec le Splendid, Gégard Jugnot est passé par toutes les étapes : la débrouille, la galère et le succès. Et ils étaient toujours unis dans ces moments. "On partageait tout : les emmerdes, le pognon, les rôles. On faisait tout nous-même. On ne s'est jamais disputé, je n'ai aucun souvenir d’engueulade et il n'y a jamais eu de conflit", affirme le comédien.

"Le drame donne du fond au rire". C'est évidemment dans le genre de la comédie que Gérard Jugnot s'est épanoui. Pourtant, de l'aveu même de l'acteur, "j'essaie de rire, mais ce n'est pas ma nature première", explique-t-il. "Si j'ai fait de la comédie, c'est parce que j'estimais que j'étais plus fait pour ça que pour autre chose", précise l'interprète.

Dans son nouveau film, C'est beau la vie quand on y pense, il joue Loïc, un homme qui a raté son mariage et ne peut plus rattraper le temps perdu, car son fils est mort dans un accident de la route. Le cœur de son fils est transplanté dans le corps d’un autre jeune homme, un peu tête brûlée, que Loïc cherche à rencontrer malgré les interdictions. Un comédie donc, mais avec une base de départ grave. "J'adore mélanger des choses. Passer de l'émotion forte à des rires. Le drame donne du fond au rire", confie-t-il.

"Le secret, c'est d'aller là où les gens vous connaissent". Cette notoriété, acquise au fil des années, a fait de Gérard Jugnot l'un des comédiens les plus connus de sa génération. Pour autant, l'acteur assure vivre ordinairement. "À Paris, je vis normalement. J'ai mon vélo, je fais mes courses", souligne-t-il. Selon lui, "le secret, c'est d'aller là où les gens vous connaissent", précisant tout de même sur le ton de l'humour : "C'est compliqué si je me gratte le nez, tout le monde le voit !"