George Michael : "J'ai vu cette lumière blanche, mais le moment n'était pas venu"

  • A
  • A
Partagez sur :

ARCHIVES - George Michael a été atteint d'une grave pneumonie qui l'a laissé très affaibli en 2011. Une expérience qui lui a inspiré une chanson et un nouveau mode de vie.

ARCHIVES EUROPE 1

À l'occasion d'un concert donné à l'Opéra Garnier au profit du Sidaction en 2012, le chanteur britannique George Michael, décédé dimanche à 53 ans, avait raconté comment il avait échappé à la mort au micro de Nikos Aliagas.

White Light. Un an plus tôt, l'ancien leader du groupe Wham! avait été atteint d'une grave pneumonie. Hospitalisé pendant un mois dans un hôpital de Vienne (en Autriche), George Michael a raconté avoir vu la fameuse "lumière blanche". Une expérience qui lui avait inspiré la chanson White Light (sortie en 2012). Mais pour celui qui a vendu 100 millions d'albums à travers le monde, le moment n'était pas encore venu. 

"J'ai vu cette lumière blanche et toute l'idée de cette chanson, c'est qu'il faut rejeter cette lumière blanche quand le moment n'est pas venu. C'est la télévision de la vie qui s'éteint, cette lumière blanche, c'est la fin de la vie. J'ai vu cette lumière blanche mais le moment n'était pas venu."

"J'avais besoin d'un coup de pied au cul." Pour George Michael, cette expérience a été une véritable révélation. "Maintenant, j'ai un nouveau but dans la vie. Pas seulement sur le plan musical, je me conduis mieux, je suis plus concentré, je m'occupe davantage de ma santé. Dans une certaine mesure, j'avais besoin d'un coup de pied au cul et je l'ai bien reçu à Vienne."

L'attente des fans est toujours la même et chacun espère un nouvel album de la star. "Je suis mon critique le plus farouche et c'est pourquoi je sors peu de musique. J'enregistre énormément mais la raison pour laquelle ça prend si longtemps, c'est que je sais quand mes chansons sont bonnes et je sais quand elles sont géniales. Je ne veux pas que la qualité artistique de ma musique tombe sous un certain niveau."

Un engagement pour la prévention. "Les jeunes ne font pas assez attention, ne se protègent pas, qu'ils soient homo ou hétéro. Il faut beaucoup plus d'éducation pour les enfants. On les sexualise beaucoup plus tôt, par la télévision, la musique mais on ne leur parle pas des dangers, des conséquences ! Moi tout ce que je peux dire c'est que je me protège encore."