Festival de Cannes : "Desplechin a inventé une nouvelle forme" de cinéma

  • A
  • A
Festival de Cannes : "Desplechin a inventé une nouvelle forme" de cinéma
Arnaud Desplechin est une figure du cinéma d'auteur, consacré en 2016 d'un César du meilleur réalisateur pour "Trois souvenirs de ma jeunesse".@ Lionel BONAVENTURE / AFP
Partagez sur :

"Les Fantômes d'Ismaël", d'Arnaud Desplechin, ouvre le Festival de Cannes mercredi soir. Marion Cotillard et Charlotte Gainsbourg saluent le travail de leur réalisateur.

Le Festival de Cannes commence fort avec Les Fantômes d'Ismaël, le film d'Arnaud Desplechin diffusé en ouverture mercredi soir en même temps qu'il sort en salles. C'est donc l'équipe du film, avec les vedettes Marion Cotillard, Charlotte Gainsbourg et Mathieu Amalric, qui ouvre les festivités. "C'est un honneur", confie un Arnaud Desplechin "ému de pouvoir offrir ça aux acteurs". Ces derniers semblent d'ailleurs bien le lui rendre.  

"Justesse des personnages". "Il a inventé une nouvelle forme [de cinéma, ndlr], en n'étant pas collé à un réalisme à tout prix. Il y a quelque chose d'assez théâtral et en même temps de très accessible" dans son cinéma, a ainsi estimé Marion Cotillard, dans une interview accordée aux journalistes d'Europe 1 Bruno Cras et Mathieu Charrier.

Charlotte Gainsbourg salue de son côté un langage qui permet "d'emprunter le bon chemin, d'arriver à la justesse des personnages", même si, confie-t-elle, tout n'a pas été simple. "J’avais du mal avec mon rôle au départ. Je la trouvais trop sage, je ne savais pas comment la défendre. Je trouvais qu’elle n’avait pas assez de défauts. Pourquoi elle s’efface à ce point quand Carlotta réapparait ? Pourquoi elle ne se bat pas ? Je me suis donc accrochée à sa timidité, à sa solitude… Mais c’est Arnaud qui m’a fait comprendre le personnage". 

Un tourbillon de sentiments et un casting flamboyant

C’est l’histoire d’un cinéaste (Matthieu Amalric) en pleine préparation de son prochain film et amoureux de sa jeune compagne, Silvia (Charlotte Gainsbourg). Il est hanté par le souvenir du grand amour de sa vie, Carlotta (Marion Cotillard). Lorsque celle-ci réapparait, la vie d’Ismaël va s’en trouver totalement bouleversée.

Dans ce film qui parle des affres de la création et du poids du passé, Arnaud Desplechin réussit à emporter le spectateur dans un tourbillon de sentiments parfaitement aidé par un casting flamboyant… Charlotte Gainsbourg, Marion Cotillard et Matthieu Amalric sont tous les trois remarquables. Seule petite réserve : le film qu’est en train d’imaginer Ismaël et dont on voit les images à l’écran a tendance à prendre le pas sur l’histoire passionnelle du trio amoureux.

>> EN DIRECT : Suivez la cérémonie d'ouverture du 70e Festival de Cannes