Festival d’Angoulême : 10 BD qui marqueront l’année 2016

  • A
  • A
Festival d’Angoulême : 10 BD qui marqueront l’année 2016
@ DR
Partagez sur :

A LIRE - Europe 1 a fait le tour des éditeurs de BD pour savoir ce qu’ils mijotent pour l’année à venir.

Festival d’Angoulême oblige, la BD est à l’honneur en cette fin janvier. La grand'messe du 9e art est l’occasion de se pencher sur les sorties prévues dans les prochains mois. Europe 1 a donc sélectionné dix bandes dessinées qui marqueront l’année 2016. Si deux des ouvrages présentés sont déjà parus, il faudra attendre plusieurs mois pour découvrir tous les autres. En attendant, les lecteurs les plus impatients peuvent se tourner vers notre sélection de 12 BD déjà disponibles et qui valent le détour.

 

Ô VOUS, FRERES HUMAINS

L’adaptation prometteuse
(Luz, Futuropolis, avril 2016)

Luz, c’est évidemment Charlie Hebdo, mais pas seulement. Après avoir raconté dans Catharsis sa difficulté à surmonter l’attentat perpétré en janvier 2015 contre l’hebdomadaire satirique, le dessinateur revient avec u nouvel album. Et on est rarement déçu.

Couv-freres-humains.600.800

L’histoire. "Un enfant juif rencontre la haine le jour de ses dix ans. J’ai été cet enfant". Dans ce récit autobiographique, Albert Cohen raconte sa jeunesse et comment il a découvert qu’il est juif, une forme d’apprentissage de l’antisémitisme.

La promesse de l’éditeur. Luz revient à nouveau sur un thème qui lui tient à cœur, la perte de l’innocence, et s’affirme comme un dessinateur humaniste incontournable. Le dessinateur adapte ce texte coup de poing comme un musicien s’approprierait une partition.

 

 

PANDORA

La nouvelle revue
(Collectif, Casterman, mars 2016)

Parce qu’on n’a pas toujours envie d’attendre des mois, voire des années, le nouveau tome d’une saga ou d’un auteur. Et parce qu’on aime aussi lire des histoires courtes.

Le principe. Casterman s’apprête à lancer une nouvelle revue semestrielle baptisée Pandora avec la promesse de récits autonomes, des "short stories", et des nouvelles sous forme de bandes dessinées mais aussi de textes littéraires illustrés.

La promesse de l’éditeur. Ouvrir Pandora est une expérience de lecture incomparable : la preuve par l’exemple que la bande dessinée conserve un immense potentiel de séduction et que l’imagination peut apporter une autre vision du monde. Tous les sujets peuvent être abordés, tous les genres revisités, tous les styles inventés sans aucune thématique imposée. La créativité et le plaisir sont prioritaires. La diversité des talents publiés dans Pandora – diversité géographique, narrative et artistique – donne à la revue la dimension d’un panorama extrêmement complet du meilleur de la créativité de la bande dessinée en 2016.

 

 

MÉTA-BARON

Le retour d’une légende
(Jerry Frissen et Valentin Sécher, Les Humanoïdes associés, tome 2 prévu pour juin 2016 et tome 3 pour octobre)

Un classique et une esthétique qui ont marqué les esprits. Il renaît. Et même ceux que la science-fiction répugnent peuvent s’y aventurer, ne serait-ce que pour les dessins.

Couv-metabaron.600.800

L’histoire. Depuis que le Méta-Baron a anéanti l’Empire, le chaos a profité aux infâmes Technos-Technos. Contrôlant l’Épyphite, le carburant des voyages interstellaires, ceux-ci ont largement assis leur domination sur la galaxie. Lorsqu’ils apprennent que le Méta-Baron fait route vers Marmola, unique source d'Épyphite, ils font appel à Wilhelm-100. Ce Techno-Amiral, réputé pour son invincibilité et sa cruauté, peut-il arrêter le guerrier le plus puissant de l'univers ? C’est un combat de titans qui s’engage…

La promesse de l’éditeur. C'est le grand retour de ce héros mythique crée par Jodorowsky et Moebius et qui reprend vie sous la plume de Jerry Frissen et le pinceau de Valentin Sécher. Mais avec un changement de taille. A l’origine, les Métas-Barons sont une sorte de guerrier ultime, le produit d’une lignée où chacun a dû tuer son père pour réaliser son initiation. Le dernir meta-baron est donc devenu plus une arme qu’un homme, insensible et presque immortel. Sauf que cette fois-ci, il retrouve une part d’humanité… 

L’éditeur Les Humanoïdes associés a en outre eu la bonne idée de mettre sur son site internet une section spéciale qui détaille toute cette mythologie, ainsi qu’un teaser vidéo :

 

 

SOLEIL BRÛLANT EN ALGÉRIE

Le projet historique
(Gaëtan Nocq, La Boite a bulle, Mars 2016)

La BD, ce n’est pas que de la fiction, loin de là. En voici une nouvelle illustration avec un album consacrée à un sujet que la France peine encore à appréhender avec sérénité : la guerre d'Algérie.

Couv-SoleilBrulant.600.800

L’histoire. Appelé du contingent, Alexandre Tikhomiroff dit Tiko, 25 ans, débarque en 56 sur les collines brûlées d’Algérie, déjà secouées par la guerre d’Indépendance. Sur le chemin qui le mène d’Alger à l’école d’infanterie de Cherchell, il découvre avec fascination cette terre inconnue et son éblouissante lumière. Mais bien que son œil et son âme soient à même de savourer la beauté des montagnes algériennes, Alexandre peut difficilement fermer les yeux sur ce qui se passe alentour.

La promesse de l’éditeur. "Un magnifique ouvrage de 240 pages, en bichromie, sur la Guerre d'Algérie. Tiré des mémoires d'un ancien soldat, ce titre est un témoignage fort qui trouve parfaitement sa place dans notre ligne éditoriale. Il raconte le quotidien de la caserne, les règles de survie mais aussi de nombreuses anecdotes militaires, parfois glaçantes, parfois absurdes... le tout porté par un superbe crayonné".

 

 

LUCKY LUKE

Le poids lourd de l’année
(Jul et Achdé, Dargaud, novembre 2016)

"I'm a poor lonesome cow-boy and a long long way from home". Les mythes ne meurent jamais et, du haut de ses 70 ans, Lucky Luke en est l’illustration. Il revient dans un nouvel album, le 36e, avec de nouveaux auteurs : côté scénario, Jul - auteur de la série à succès Silex & the city -, tandis que Achdé - qui a déjà oeuvré pour la saga Lucky Luke- sera au dessin. Mais il faudra attendre la fin de l'année pour retrouver le cowboy et Jolly Jumper. 

Illustration Lucky luke.600.600

L’histoire. Elle n’est pas encore connue, mais ses auteurs promettent "un retour aux fondamentaux", "un Lucky Luke ‘à l'os’". Une forme de reboot dont seront absent les frères Dalton et Rantanplan, mais qui devrait intégrer plusieurs personnages féminins.

La promesse de l’éditeur. Ce dernier n’a pas répondu à nos sollicitations, qui étaient certes tardives. En même temps, le retour de Lucky Luke est déjà en soi un évènement.

 

 

MELVILE

La BD 2.0
(Romain Renard, Le Lombard, 2e tome, paru en janvier 2016)

Romain Renard a pris trois ans pour peaufiner le deuxième tome de la saga Melvile. Ce serait dommage de passer à côté.

Couv-Melvile.600.800

L’histoire. Melvile est une ville imaginaire, un lieu mystérieux où tout est possible. Les paysages, grands espaces et forêts, ainsi que les décors créent une ambiance entre polar et western moderne à l'américaine. Melvile est un lieu tellement particulier qu'il influence les personnages qui y vivent. Autour d'eux, plane l'ombre de l'homme-cerf dont la légende hante Melvile, légende qui n'est pas sans lien avec l'histoire personnelle de Samuel Beauclair, le héros de cette histoire.

La promesse de l’éditeur. Un album tourné vers le numérique, avec son application qui permet d’accéder à des bonus, une bande-son et de nombreuses vidéos. Un site dédié existe également. De quoi s’immerger un peu plus dans l’ambiance d’une saga au ton aussi sombre que singulier. 

 

 

JULIETTE, LES FANTÔMES REVIENNENT AU PRINTEMPS 

Un peu de finesse dans un monde de brutes
(Camille Jourdy, Actes Sud BD, février 2016)

Actes Sud propose peu de BD mais il les choisit avec soin. Il s’agit cette fois-ci du nouveau projet de Camille Jourdy, qui s’est déjà illustrée avec la trilogie Rosalie Blum, bientôt adaptée au cinéma. Présentée comme un vaudeville familial, cette BD propose une immersion dans une douce dépression.

couv-juliette.600.800

L’histoire. Juliette laisse un temps sa vie de côté et rentre au pays retrouver un père à la mémoire vacillante, une mère “artiste” et une soeur, mater familias exemplaire, qui cache un amant dans le placard. Juliette a dans sa valise un noeud à défaire. Des noeuds, il y en a tout autant dans la vie de Polux, et lorsque le hasard fera croiser leurs chemins, ils tenteront, tous les deux, avec de l’huile de coude, de décoller le papier peint fleuri de leur mélancolie.

La promesse de l’éditeur. Actes Sud présente cette BD comme sa parution majeure de l’année 2016, notamment en raison du style et du coup de crayon de Camille Jourdy, qui a visiblement franchi un nouveau cap. Et quand on sait que cette dernière a déjà remporté le prix RTL de la BD en 2009 et le Prix révélation du  festival d’Angoulême 2010, cela fait assez de raisons de s’y intéresser.

 

 

S’ENFUIR

Horizons lointains
(Guy Delisle, Dargaud, Aout 2016)

Lire Guy Delisle, c’est la promesse de découvrir des pays ou des villes dans lesquels on a peu de chance de s’aventurer. Et ce devrait être une nouvelle fois le cas.

Couv Guy Delisle Shenzhen Pyongyang.600.300

L’histoire. Responsable d’une ONG médicale dans le Caucase en 1997, Christophe André a vu sa vie basculer du jour au lendemain après avoir été pris en otage durant la nuit et emmené, cagoule sur la tête, vers une destination inconnue. Guy Delisle l’a rencontré des années plus tard et a recueilli le récit de sa captivité, qui a duré une centaine de jours, en Tchétchénie. Que peut-il se passer dans la tête d’un otage lorsque tout espoir de libération semble évanoui ?

La promesse de l’éditeur. Il est encore trop tôt pour que Dargaud communique mais il suffit de se pencher sur la bibliographie de Guy Delisle pour se faire une idée : Pyongyang, Shenzhen, Chroniques birmanes et Chroniques de Jérusalem ont à chaque fois réussi à immerger leur lecteur dans des pays où l’absurdité est de mise. On s’en inquiète autant qu’on en rigole. 

 

 

L’HERBIER SAUVAGE

L’hybride coquin
(Fabien Vehlmann et Chloé Cruchodet, Editions Soleil, Mai 2016)

Le grand public connait Fabien Vehlmann pour les sagas Spirou et Seuls. Les aficionados de BD pour Paco les mains rouges, Jolies Tenebres,Les Derniers jours d'un immortel ou le projet en ligne Professeur Cyclope. Cette fois-ci, changement de ton : l’auteur s’aventure dans l’érotisme en association avec Chloé Cruchaudet, auteur notamment du remarqué Mauvais Genre

Couv Herbier sauvage

L’histoire. Ce n’est pas une mais 80 histoires queL’Herbier Sauvage se propose de raconter. D’ailleurs, ce ne sont pas des histoires mais des témoignages de personnes anonymes qui ont accepté de raconter leurs aventures sexuelles et leurs fantasmes. On y retrouvera notamment les confessions d’un homme aux prises avec une "femme au caractère d'acier qui aimait que je la domine totalement. Il lui arrivait même d'attendre, pour jouir, que je lui en donne l'autorisation". Ou encore l’exaspération d’un homosexuel face à "l'idée de me faire enc... par un mec super précieux, typiques du milieu gay, qui aime Beyoncé. C'est juste pas possible".

La promesse de l’auteur. "J’avais envie de changer radicalement de registre en m’adressant à un nouveau public et en proposant avec Chloé Cruchaudet un autre format que la BD pure puisqu’il s’agit d’un récit illustré. Ce sera un ‘objet-livre’, c'est important : ce sera quasiment un livre ‘à déshabiller’. Il y aura par exemple un calque à retirer de la couverture pour dévoiler une scène érotique, ou encore des pages à ouvrir, déplier. Mon ambition est d’arriver à trouver un équilibre entre sociologie et érotisme, avec une mosaïque de témoignages, de sexualités, et des dessins cash sans être vulgaire, parfois surréaliste."

 

 

OLD PA ANDERSON

Quand Gran Torino rencontre Django Unchained
(Hermann et Yves H., Le Lombard, Janvier 2016)

Du haut de 77 ans, Hermann n’a plus grand-chose à prouver. Il a en revanche toujours de nouvelles histoires à proposer et c’est toujours solide.

Couv-Old-pa Anderson.600.800

L’histoire. Etat du Mississippi, années 1960. Toute sa vie, Anderson a courbé l'échine. Sa petite fille a été assassinée il y a quelques années. Le vieux Noir sait depuis toujours que les coupables sont des Blancs et que la justice ne les retrouvera jamais. Mais hier, la femme d'Anderson est morte de vieillesse. Et aujourd'hui, il n'a plus rien à perdre.

La promesse de l’éditeur. Hermann a reçu mercredi le Grand prix de la ville d'Angoulême. Tout simplement.