Eurovision : La France doit-elle abandonner ?

  • A
  • A
Eurovision : La France doit-elle abandonner ?
Partagez sur :

La France est une fois de plus arrivée très loin dans le classement cette année, au point que des voix s'élèvent : faut-il abandonner le concours ? 

La France a encore essuyé une cinglante défaite au concours de l'Eurovision cette année. Sa candidate Lisa Angell a terminé 25e sur 27 candidats. Une énième défaite pour l'hexagone qui fait dire à la directrice des programmes de France 2, Nathalie André, qu'il serait temps de prendre acte et de renoncer à s'y présenter. Du côté des réseaux sociaux, c'est le même emballement : les internautes sont nombreux à déplorer une humiliation devenue attendue au fil des années. Reste que deux questions se posent : les votes géopolitiques du concours nous excluent-ils de fait ou faudrait-il surtout envoyer des chansons plus efficaces à l'Eurovision ? 

>>> Retrouvez le palmarès complet

La France, condamnée à l'échec ? L'argument est bien connu des mécontents : l'organisation des votes favoriseraient certains pays au détriment des autres, en fonction des affinités. C'est d'ailleurs le coup de gueule du présentateur français de cette 60e édition sur France 2, Stéphane Bern. Chaque année se dessinent les mêmes "réseaux de votes" a-t-il déploré sur RTL. On voit ainsi les Grecs systématiquement soutenir l'Albanie, Chypre voter pour la Grèce, la Suède pour la Norvège ou la Serbie pour la Bosnie-Herzégovine.

S'il apparaît que d'autres considérations que les strictes qualités musicales sont en jeu, Farid Toubal, co-auteur, en 2008, d'une étude sur ce thème, préfère parler de "proximité culturelle", une notion qui va selon lui au-delà de la géopolitique. Dans son étude, il mettait en avant que le concours de l’Eurovision reflétait "les affinités, les sympathies, ou encore le sentiment qu’ont les pays d’appartenir à un groupe." Résultat : des accointances entre "blocs", et des sanctions à échelle internationale, qui se répercutent sur les scores, mais qui font partie du jeu et qui sont mouvantes.

Ecoutez l'avis de Jérôme Ivanichtchenko sur Europe 1 :


Déroute française à l'Eurovisionpar Europe1fr

La France doit s'adapter. La France n'est pas montée sur le podium de l'Eurovision depuis 1991. Pour Farid Toubal, il faut simplement accepter les règles. "Il n’a jamais été question d’un concours primant la qualité de la chanson, mais d’un très bon thermomètre de convergence ou non des affinités culturelles des pays participants."

Regardez la prestation de Lisa Angell, candidate française, à l'Eurovision cette année :

Présenter une belle chanson, forte, reste sans doute le meilleur moyen de se donner toutes les chances. C'est le cas de la Suède, qui adopte une stratégie efficace. Lorsqu'il se présente, son candidat est rarement un parfait inconnu. Måns Zelmerlöw, qui a remporté le concours grâce au titre "Heroes" cette année, chanteur, danseur et présentateur télé a été adoubé après sa participation à un télé-crochet, célèbre dans le pays. Cette année encore, sans surprise, le classement a donné raison aux parieurs, l'occasion pour la France de se remettre en cause, et de repartir du bon pied pour ce concours aux 200 millions de téléspectateurs. Seul lot de consolation pour Nathalie André : la première place des audiences télé décrochée par France 2 samedi soir, avec 4,4 millions de téléspectateurs, preuve que l'Eurovision plaît toujours.