Cuba, le pays où les Rolling Stones sont (presque) des inconnus

  • A
  • A
Partagez sur :

Le célèbre groupe de musique tiendra son premier concert à Cuba vendredi soir dans un pays où le rock était encore très mal vu il y a quelques mois.

REPORTAGE

"Nous sommes passés par de nombreux lieux incroyables, mais ce concert sera historique pour nous et, nous l'espérons, pour vous aussi. Merci de nous recevoir dans votre beau pays", disait jeudi Mick Jagger des Rolling Stones, dans une vidéo, en espagnol avec un fort accent anglais. Arrivé à Cuba vendredi matin, le groupe jouera son premier concert vendredi soir, quelques jours après la visite historique de Barack Obama. Sur place, où le rock était jusqu'il y a encore peu de temps mal vu, tous les Cubains ne connaissent pas les Rolling Stones.

"Ils jouent du rock ?". Dans les rues de La Havane, certains connaissent leur nom, d'autres, plus rares, arrivent à fredonner l'air de l'une des chansons du groupe. Mais pour la plupart les Rolling Stones sont presque des inconnus. "Je ne connais pas. Ils jouent du rock ?", s'interroge par exemple une Cubaine croisée dans la rue par notre envoyé spécial. 

Une musique presque interdite. Si le moment est historique, c'est que depuis plus de 50 ans, le rock était la musique américaine plutôt mal vue voire interdite. "Quand j'étais au collège, un jour j'avais un disque des Rolling Stones dans mon sac, un professeur l'a vu, et il a écrit sur mon bulletin 'cet élève présente une grande déviance idéologique'", raconte Roberto Perdomo, un musicien cubain. "La musique rock c'était le diable, mais ça change. Avec les Rolling Stones, on va faire la fête, on va faire l'amour", plaisante un autre Cubain. C'est d'ailleurs Mick Jagger lui-même qui a lancé l'invitation aux Cubains dans un clip diffusé il y a quelques jours alors que 500.000 personnes sont attendues au concert.