Cinq choses à savoir (d'urgence) sur la chemise hawaïenne

  • A
  • A
Cinq choses à savoir (d'urgence) sur la chemise hawaïenne
@ DR
Partagez sur :

ALOHA ! - Marre de la loi Travail ? Saoulé par la pluie ? Direction Hawaï, ses plages, ses cocotiers, ses vahinés et... ses fameuses chemisettes.

Hé oui, la chemisette hawaïenne s'étudie ! C'est même le sujet phare du reporter Antoine Laguerre. Invité dans l'émission C'est arrivé cette semaine, il révèle TOUT sur ce carré de tissu de l'archipel. La chemisette en cinq facettes.

  • Elle est portée par Elvis & Magnum 

Le plus amoureux de la chemise à fleurs, c'est Elvis. Exit la banane et les diamants de sa combi blanche. Vous l'imaginez bien là, ukulélé à la main, murmurant un petit "Aloha" la bouche en cœur et les pieds dans l'eau ? Certes, mais il n'y a pas que le King, Mick Jagger fait aussi partie des fans. Tout comme Magnum alias Tom Selleck, le détective à la Ferrari. La chemise hawaïenne, c'est quand même plus cool que l'imper de Colombo, non ?

  • Elle est un produit local dérivé du kimono

La chemisette est une production du 50e Etat des Etats-Unis mais elle a été inventée par...un Japonais à partir d'un kimono. Le vêtement a pris une coupe bien définie parce qu'il faisait trop chaud sur l'archipel. Adieu manches longues, bienvenues bras nus qui transforment la chemise en chemisette. S'y ajoute un col évasé contre la chaleur. Le tissu, c'est de la rayonne, un dérivé de la cellulose superultra léger. Ne reste qu'à ajouter des boutons en noix de coco, puisque le fruit est bien présent sur l'île et donc une matière première de choix.

  • Elle est un souvenir des paysages

L'essor du tourisme à Hawaï (et de sa chemise) date des années 1960. A l'époque, les appareils photos se font plutôt rares et la chemisette prend des airs de photographies des paysages de l’archipel à ramener dans ses bagages. Cocotiers, fleurettes colorées et vaguelettes s'étalent. Elle était aussi un signe extérieur de richesse, preuve qu'on avait les moyens de se rendre dans l'archipel, et donc très en vogue en retour de vacances autour d'un barbecue. Roosevelt ou Truman arboraient ainsi le bout de tissu dans leurs parties. Il n'en fallait pas plus pour que l’étoffe fasse la une du Times

  • Elle crée du lien

Vous portez une chemisette, et vous voyez un autre gars avec la même chose sur le dos ? Complicité instantanée ! Vous faites partie d'un groupe. Elle est reconnaissable entre mille et vous vous reconnaissez. C'est limite si vous vous ne faites pas un clin d’œil. Il ne manquerait plus que vous ayez la même voiture que votre acolyte !

  • Elle rapporte 500 millions de dollars chaque année à Hawaï

C'est l'un des produits de l'archipel les plus exportés, avec 500 millions de dollars à la clé chaque année. Si auparavant, le léger vêtement se vendait un dollar à la sortie des hôtels, une belle pièce vaut aujourd'hui dans les 50 à 60 dollars (environ de 45 à 54 euros). Et pour une chemise de collection et de marque, type Lands of Aloha ou Jungle Bird, le prix peut monter jusqu'à 10.000, voire 20.000 dollars (8.977 à 17.955 euros).