Cinéma : "Tunnel", "On l'appelle Jeeg Robot" et "De toutes mes forces", trois films à l’épreuve des critiques

  • A
  • A
Cinéma : "Tunnel", "On l'appelle Jeeg Robot" et "De toutes mes forces", trois films à l’épreuve des critiques
@ AFP
Partagez sur :

Chaque dimanche, Mathieu Charrier et Bruno Cras critiquent des films récents, accompagnés de confrères journalistes. Verdict ! 

L'AVIS DE

Quel(s) film(s) aller voir cette semaine ? Les deux spécialistes cinéma d'Europe 1, Mathieu Charrier et Bruno Cras, accompagnés cette semaine de Stéphanie Belpeche du Journal du dimanche et de Thierry Chèze de Studio-Ciné Live, livrent leurs impressions sur trois sorties cinéma, dans l'émission Un dimanche de cinéma. Sur le gril : Tunnel de Kim Seong-hun, On l'appelle Jeeg Robot de Gabriele Mainetti et De toutes mes forces de Chad Chenouga.


  • Tunnel de Kim Seong-hun, en salles depuis le 3 mai

Le pitch : un homme est au volant de sa voiture. Il entre dans un tunnel. Soudain, toutes les lumières s'éteignent. Il entend un bruit sourd, et se rend compte que la moitié de la montagne s'effondre sur lui. Il se retrouve coincé sous les gravats dans l'habitacle de sa voiture. Il va essayer de survivre alors qu'à l'extérieur débarquent sauveteurs, politiques et journalistes.

>> L'avis de Bruno Cras : "C'est un film qui s'assume comme un film de série B. Pour une fois, les effets spéciaux sont vraiment au service d'une histoire. Ca reste humain, c'est bien joué, très universel."

>> L'avis de Stéphanie Belpeche : "J'ai trouvé ça fantastique. Ça prouve que le cinéma sud-coréen se renouvelle constamment. Il parvient à un équilibre parfait entre le cirque médiatique et politique qui s'opère à l'extérieur et ce huis-clos anxiogène, un peu à la Buried, où Ryan Reynolds était enfermé dans un cercueil. C'est un vrai film de survie avec la peur du noir, du manque d'oxygène, de l'ensevelissement avec des ressources qui diminuent à vue d’œil. En même temps, c'est une dénonciation prophétique, puisqu'il n'y a plus de gouvernement en Corée du Sud. La présidente a été destituée pour détournement de fonds et abus de pouvoir...

>> L'avis de Thierry Chèze : "J'ai bien aimé. Je serais un petit moins enthousiaste , justement sur cet équilibre. J'ai été très fan de la partie où on raille le pouvoir en place. Mais pour faire un mauvais jeu de mots, je trouve qu'on met du temps à sortir du tunnel. C'est un peu long."

>> L'avis de Mathieu Charrier : "C'est un peu répétitif le côté dans la voiture. Il y a un mini éboulement. Il change de place, il y a un autre éboulement... J'ai pensé aux mineurs chiliens. Ça nous ramène à notre présent."

VERDICT : pas mal


  • On l'appelle Jeeg Robotde Gabriele Mainetti, en salles depuis le 3 mai

Le pitch : "Enzo, un homme assez banal, est poursuivi par la police dans Rome. Il plonge dans le Tibre pour essayer de leur échapper. Il entre en contact avec une substance radioactive et se découvre des super-pouvoirs. En fond, il y a toute une histoire de trafic de drogue. Il va vouloir sauver une jeune femme des mains de la mafia. C'est elle qui va l'appeler Jeeg Robot, en hommage à un héros de dessin animé qu'elle aime."

>> L'avis de Stéphanie Belpeche : "C'est sympathique. Il y a beaucoup de références, notamment à Goldorak. Ce que j'aime, c'est le côté artisanal de ce film. On repense à tous ces films japonais des années 70, avec les créatures irradiées... Godzilla, Mothra la mouche géante, ou même Hulk. Ça nous rend le personnage accessible avant de découvrir qu'à de grands pouvoirs correspondent de grandes responsabilités. 

>> L'avis de Thierry Chèze : "Ça a beaucoup de charme, d'autant plus que je dois avouer que j'en ai ras-le-bol des Avengers à répétition. Là, on met de l'humour et du second degré. C'est quand même un petit voyou au départ. C'est aussi un film inscrit dans la réalité de Rome. C'est un film incarné, qui a obtenu 6 ou 7 récompenses équivalentes aux César en Italie. C'est remarquablement interprété, une excellente surprise.  

>> L'avis de Bruno Cras : "Beaucoup de charme. C'est drôle. Je déteste les films de super-héros et ce n'en est pas vraiment un."

VERDICT : bonne surprise.


  • De toutes mes forcesde Chad Chenouga, en salles depuis le 3 mai

Le pitch : "Nassim est en 1ere au lycée. Il fait des études assez brillantes, a des tas de copains, mais sous l'insouciance, il y a le choc : celui de la perte de sa mère. Il va être placé dans un foyer mais continue à donner le change en dehors, navigant entre ses deux vies."

>> L'avis de Brno Cras : "C'est un très beau film."

>> L'avis de Stéphanie Belpeche : "C'est un film plein d'humanité. Ce jeune garçon a un charisme fou. C'est aussi une cartographie contemporaine d'une jeunesse qui essaie de s'en sortir. Il y a beaucoup d'espoir même si le sort s'acharne."

>> L'avis de Thierry Chèze : "Avant que Cannes commence sortent souvent des films mineurs. Je trouve que cette semaine prouve le contraire. Ce film n'est pas larmoyant. Il y a des moments de vie stupéfiants. J'ai pensé à Ma vie de courgette, avec des acteurs en chair et en os. Pour un deuxième film, chapeau !"

L'avis de Mathieu Charrier : "On pense aussi à Xavier Dolan."

VERDICT : Conseillé d'y aller !