Cinéma : "L'Opéra", "Les mauvaises herbes" et "Power Rangers", trois films à l’épreuve des critiques

  • A
  • A
Partagez sur :

Chaque dimanche, Mathieu Charrier et Bruno Cras critiquent des films récents, accompagnés de confrères journalistes. Verdict ! 

Quel(s) film(s) aller voir cette semaine ? Les deux spécialistes cinéma d'Europe 1, Mathieu Charrier et Bruno Cras, accompagnés cette semaine de Barbara Theate du Journal du dimanche et de Renaud Baronian du Parisien, livrent leurs impressions sur trois sorties cinéma, dans l'émission Un dimanche de cinéma. Sur le gril : L'Opéra de Jean-Stéphane Bron, Les mauvaises herbes de Louis Bélanger et Power Rangers de Dean Israelite.  

  • L'opéra, film documentaire de Jean-Stéphane Bron, en salles depuis le 5 avril

Le pitch : "C'est un an dans la vie de l'opéra de Paris. Coulisses, travail au quotidien, avec beaucoup de chant".

L'avis de Renaud Baronian : "Un film qui s'appelle L'Opéra et qui est censé nous raconter les coulisses de l'opéra, c'était à ça que je m'attendais. J'étais ravi. Et je vois des plages de 5, 10 minutes sur des chanteurs. Si on n'aime pas le lyrique, on est mort. Le film met le spectateur de côté. Il y a des plans furtifs sur les filles qui lavent les costumes, les perruques, c'est ça que j'aurais aimé voir."

L'avis de Barbara Theate : "On entend des phrases qui sont incroyables. On voit (Stéphane) Lissner (directeur de scènes de théâtre et d'opéra français, ndlr.) qui demande la démission de (Benjamin) Millepied au téléphone. Je trouve ça extraordinaire. Il a voulu montrer la société qu'est l'opéra, deux maisons, une chose énorme à gérer."

L'avis de Bruno Cras : "Moi aussi je pensais voir les petits rats de l'opéra. Mais j'ai été assez cueilli. Je ne connais pas les chanteurs d'opéra, mais j'ai écouté, j'ai apprécié. On aimerait avoir plus de coulisses mais c'est brut de décoffrage. Il y a des moments émouvants, comme quand ils font allusion au Bataclan. Il y a des moments un peu 'people'. C'est une plongée dans l'opéra de Paris, plutôt autour des chanteurs d'opéra que de la danse, il faut le savoir."

L'avis de Mathieu Charrier : "Le problème, c'est qu'on a plein de minis moments mais qu'on ne va jamais au bout d'un moment. Le directeur parle à un moment du prix des places, ça dure une minute, ça s'en va, on arrive dans un moment où les intermittents sont en grève et hop, on passe à autre chose. On a une vision parcellaire."

VERDICT : à voir, au moins pour soulever le voile sur un monde.


  • Les mauvaises herbes de Louis Bélanger, en salles depuis le 5 avril

Le pitch : "Au Québec, Jacques, un comédien sur le déclin, est poursuivi par un bandit à qui il doit de l'argent. Il est obligé de fuir en pleine représentation et il arrive chez Simon, un ami qui vit dans une espèce de ferme, qui cultive du cannabis dans sa grange. Jacques lui dit qu'il ne le dénoncera pas à condition qu'il devienne employé. Le marché est conclu mais le lendemain, une policière arrive par hasard sur l'exploitation. Les deux hommes la kidnappent et elle aussi va finalement se mettre à cultiver."

L'avis de Bruno Cras : "C'est une comédie drôle, intelligente, humaniste."

L'avis de Barbara Theate : "On traite quand même d'un sujet grave. On parle de la mort avec légèreté, avec beaucoup d'humour, de sensibilité. On est cueilli à la fin. Il y a des images vraiment rigolotes. Les Canadiens sont super doués pour faire ce mélange d'humour et de gravité. Et cet accent, on ne s'en lasse pas !"

L'avis de Renaud Baronian : "C'est un éloge de l'immoralité. C'est complètement assumé, et tout cela avec une légèreté ! C'est un petit bonheur. C'est très drôle, très bien joué."

L'avis de Mathieu Charrier : "Le film est sorti au Canada il y a un an, a enfin trouvé un distributeur en France. On passe un bon moment."

VERDICT : à voir, les jurés sont unanimes.


  • Power Rangers de Dean Israelite, en salles depuis le 5 avril

Le pitch : "Cinq adolescents se retrouvent avec des pouvoirs magiques extraordinaires et vont devoir sauver le monde face à une force extraterrestre surpuissante. Il y a trois hommes et deux femmes, ils ont chacun une couleur."

L'avis de Bruno Cras : Les films comme Star Wars ou Ghost in the shell sont du Descartes à côté de Power Rangers. c'est extrêmement bas du front. Ce sont des films qu'on pose là, qui font 4 millions d'entrées que l'on en dise du mal ou du bien. C'est un peu débile, les décors sont laids, ça fait strass, toc. A la fin, une espèce de monstre détruit tout. On s'en fout. On attend que ça se passe et ça dure quand même deux heures."

L'avis de Barbara Theate : "J'ai regardé Power Rangers il y a quelques années et ce qui est bien, c'est qu'ils ont gardé le côté kitsch des monstres. Ça donne un petit côté original. Après, c'est du film d'industrie. Et je pense qu'on va se prendre des suites."

L'avis de Renaud Baronian : "L’esprit d'origine est le problème. Il faut arrêter tout et n'importe quoi. C'était débile, ça l'est encore plus."

VERDICT : pas nécessaire.