Cinéma : "Demain tout commence", "Ma’Rosa" et "Sausage Party", trois films à l'épreuve des critiques

  • A
  • A
Partagez sur :

Chaque dimanche, Mathieu Charrier et Bruno Cras critiquent trois films récents, accompagnés de confrères journalistes. Verdict !

L'AVIS DE

Les deux spécialistes cinéma d'Europe 1, Mathieu Charrier et Bruno Cras, accompagnés cette semaine de Stéphanie Belpeche du Journal du dimanche et de Caroline Vié de 20 minutes, livrent leurs impressions sur trois sorties cinéma dans l'émission Un dimanche de cinéma. Sur le grill : Demain tout commence d'Hugo Gélin, Ma’Rosa de Brillante Mendoza et Sausage Party de Robert Zemeckis.

 

  • Demain tout commence, d'Hugo Gélin, en salles le 7 décembre

Le pitch : "C'est l'histoire d'un animateur qui vit dans le sud (Omar Sy - qui a passé la journée de jeudi sur Europe 1 -), qui a plein de conquêtes. Un jour, une jeune femme (Clémence Poésy) arrive, lui demande de tenir ce bébé... qui est le sien. Elle fait semblant d'aller payer le taxi et s'en va. Elle repart à Londres, lui est affolé, n'a pas la maturité adéquate. Il part à son tour à Londres mais ne retrouve pas la maman. Il va alors élever sa fille jusqu'au jour où la mère refait surface..."

>> L'avis de Caroline Vié : "J'ai beaucoup aimé. C'est une comédie dramatique, il se passe plein de choses. C'est quand même une histoire assez sérieuse. A partir du moment où la maman va revenir, ça va quand même compliquer la situation. La petite fille qui joue Gloria est formidable. C'est un film très touchant par moments, évidemment drôle parce qu'Omar Sy est drôle. J'ai même versé ma larmichette à la fin." Elle souligne aussi "un gros faible pour le personnage de Clémence Poésy qui joue une garce qui a abandonné sa gamine et qui vient d'un coup réclamer sa garde. Elle est très bien, c'est un personnage pas facile et elle le défend." Elle délivre aussi un coup de cœur à l'acteur canadien Antoine Bertrand, auparavant aperçu dans Starbuck

>> L'avis de Stéphanie Belpeche : "J'ai beaucoup aimé le film qui tient à la personnalité éminemment sympathique d'Omar. On a forcément de l'empathie pour lui dès la première seconde. Entre humour et émotion, l'alchimie prend immédiatement. Après, je trouve que le scénario manque parfois d'un peu de crédibilité et devient un peu artificiel sur la fin."

>> L'avis de Bruno Cras : "Clémence Poésy est excellente et très touchante dans le film."

>> L'avis de Mathieu Charrier : "Cela fait plaisir aussi de retrouver Omar Sy dans un rôle qu'il affectionne. On en ressort avec le sourire."

VERDICT : A voir, avec de légères réserves.


  • Ma'Rosa de Brillante Mendoza, en salles depuis le 30 novembre

Le pitch : "Une mère de famille tient un petit commerce dans la banlieue pauvre de Manille et, pour survivre, est obligée de dealer un peu. Elle se fait dénoncer par son voisin, se retrouve au poste et les policiers lui font comprendre qu'il faut sortir une certaine somme pour être libérée. Elle appelle ses enfants qui vont essayer pendant des heures de récolter l'argent."

>> L'avis de Mathieu Charrier : "C'est un film que j'ai beaucoup aimé à Cannes parce qu'il y a un vrai propos sur les problèmes de corruption et de drogue. L'actrice principale, Jaclyn Jose, qui a eu un prix d'interprétation est formidable. Et surtout, c'est LE cinéma dans le sens où le film se passe sous la flotte et on a l'impression de ressortir poisseux de la salle. On se sent dans l'écran !"

>> L'avis de Caroline Vié : "Je suis moins enthousiaste. L'actrice est épatante, mais très vite, le film tourne un peu en rond. Cela correspond à une réalité de la vie aux Philippines où on ne rigole pas tous les jours, je l'entends bien, mais il n'y en a pas un pour rattraper l'autre."

>> L'avis de Stéphanie Belpeche : "Le cinéma de Brillante Mendoza, toujours entre fiction et documentaire, s'attache à dénoncer les dérives d'une société rongée par le crime. C'est ce qui fait la force de son cinéma, cette empathie immédiate envers les personnages. On les suit quasiment pas à pas, en temps réel. Ils ne jugent jamais leurs choix parce que motivés par la nécessité. On est forcément avec eux, quelles que soient leurs actions. La rencontre avec le réalisateur a en revanche été une "immense déception" pour la journaliste. "Moi qui suis son travail depuis ses débuts, il a ouvertement déclaré son soutien au président philippin Rodrigo Duterte, qui depuis son élection en juin 2016, a déclaré une chasse aux trafiquants de drogue et a carrément lancé un appel au crime à la population, avec executions sommaires par la police ou par l'habitant."

VERDICT : A voir, au moins pour la curiosité.


  • Sausage Party de Conrad Vernon et Greg Tiernan, en salles depuis le 30 novembre

Le pitch : "C'est un film d'animation pour adultes. On est dans un supermarché. Les aliments en rayon attendent l'arrivée des clients, qu'ils considèrent comme des Dieux, le but ultime étant d'être choisi. Sur une étagère, il y a une saucisse, Franck, qui est amoureux de Brenda, la miche de pain hot-dog qu'il rêve de fourrer. Un jour, ils sont choisis mais un pot de moutarde rendu à la caisse vient raconter l'atroce vérité, c'est-à-dire que c'est la mort qui les attend à l'extérieur. C'est un 'film d'horreur' parce qu'ils sont pelés, coupés, ebouillantés..."

>> L'avis de Mathieu Charrier : "C'est très drôle parce que bourré de références religieuses. Ça se moque de toutes les religions. Il y a une vraie aventure et une critique de la société. C'est un film intelligent, et pas seulement une saucisse qui veut fourrer une miche."

>> L'avis de Bruno Cras : "C'est surtout très chaud. Ça ne parle que de cul !"

>> L'avis de Caroline Vié : "Le fait que les aliments soient crus, ça ne me suffit pas. Une fois qu'ils ont fini de dire tous les mots grossiers qu'on peut imaginer ou non, ça tourne en rond. C'est un peu léger, surtout fait pour les Américains."

VERDICT : A voir...dès 12 ans.