Christophe Honoré relève "le défi" d'adapter "Les Malheurs de Sophie"

  • A
  • A
Partagez sur :

Le réalisateur, également auteur jeunesse, revient avec un film pour enfants qui parle aussi aux grands. Dimanche, il était invité dans C'est arrivé demain.

INTERVIEW

Écrits en 1858 par la comtesse de Ségur, Les Malheurs de Sophie sont adaptés au cinéma par Christophe Honoré. Le réalisateur des Chansons d'amour, également auteur d'une quinzaine d'ouvrages de littérature jeunesse "avait envie de faire un film pour enfants, pas une grande spécialité du cinéma français." Dans C'est arrivé demain, il a expliqué comment il avait relevé ce défi.

Le casting. Première étape, le casting des enfants. C'est la jeune actrice Caroline Grant qui joue l'espiègle Sophie. "Quand elle est arrivée, elle avait 4 ans et demi. Elle m'a dit qu'elle voulait faire un film, raconte Christophe Honoré. Elle voulait 'raconter des histoires', ce qui est rare parce que souvent, les enfants ont un grand imaginaire mais ils ne la mettent pas en accès libre".

La brutalité des enfants. Deuxième défi, adapter des bêtises d'enfants plutôt cruelles. Dans les lignes de la comtesse de Ségur, des poissons sont par exemple coupées aux ciseaux. Le réalisateur parle de "brutalité. Sophie, quand elle a affaire aux animaux, elle veut les explorer. Pour moi, ce n'est en rien une perversion de l'enfance mais une manière d'explorer le monde. Elle a besoin de connaître le monde en l'empoignant, c'est aussi ce qui est cinématographique", souligne le réalisateur.

Il inonde la maison. Quid de la morale du texte ? Christophe Honoré ne juge pas dans le film, prend ses distances avec le XIXe siècle, plus religieux. "Aujourd'hui, dans la littérature jeunesse, on essaye de s'affranchir de toute idéologie. Peut-être qu'on parie plus sur l'intelligence de l'enfant. Une littérature qui ne serait que pédagogique serait celle de parents d'élèves, de manuels. La force de la littérature est d'être incertaine, mais la question de l'éducation est un vrai enjeu du film." Une interrogation à laquelle il a tenté de répondre en transmettant "une beauté" plutôt que de brutes notions de bien et de mal. D'ailleurs comme chaque enfant, Christophe Honoré n'a pas échappé aux bêtises : enfant, il avait inondé le bas de la maison de sa tante, ce qui avait créé un certain climat de zizanie dans la sphère familiale.

>> Les Malheurs de Sophie, en partenariat avec Europe 1, avec Caroline Grant, Anaïs Demoustier, Golshifteh Farahani et Muriel Robin, en salles le 20 avril.