César 2017 : ce qu'il faut retenir de la soirée

  • A
  • A
César 2017 : ce qu'il faut retenir de la soirée
Jean-Paul Belmondo est revenu sur ses débuts lors de la cérémonie des César.@ bertrand GUAY / AFP
Partagez sur :

Entre discours plein d'émotion, déclarations politiques et hommage à Jean-Paul Belmondo, Europe 1 fait le point sur ce qu'il faut retenir de la 42ème cérémonie des César.

Le monde du cinéma français était réuni vendredi soir pour les César, ses grandes récompenses annuelles, en présence notamment de George Clooney et de sa femme Amal. Elle, Juste avant la fin du monde et Divines font office de grands gagnants d'une soirée qui a vu se mêler humour, émotion, coups de gueules et hommages.

  • Une soirée qui démarre fort

La soirée a débuté fort avec la remise de la statuette du meilleur espoir féminin. C'est Oulaya Amamra pour son rôle dans Divines, le film de Houda Benyamina qui avait déjà séduit la croisette au printemps dernier et remporté la Caméra d'or qui s'est offert la récompense. Lors d'un discours plein d'émotion, la jeune actrice de 20 ans, les larmes aux yeux, a remercié sa "sœur", réalisatrice du film, de l'avoir laissé jouer ce "magnifique" rôle.

  • Le coup de gueule du réalisateur de Merci Patron !

Celui a qui a été honoré par l'Académie des arts et techniques du cinéma de la statuette du meilleur film documentaire a profité de la tribune pour exprimer sa colère. François Ruffin a dénoncé la délocalisation d'une multitude d'usines depuis plus de trente ans. "Pourquoi ça dure ? Parce que ce sont des ouvriers qui sont touchés et que personne n'en a rien à foutre !", a-t-il regretté. "Si des acteurs français étaient mis comme ça en concurrence avec des acteurs roumains", ce ne serait jamais permis, a-t-il notamment ajouté.

  • George Clooney dénonce les actes de Trump

François Ruffin n'a pas été seul a s'aventurer sur le terrain politique durant son discours. George Clonney a aussi profité de la remise de son César d’honneur pour dénoncer les actes de Donald Trump depuis son élection, sans jamais le nommer. "Pendant que l'on est ici, le monde vit des changements historiques, pas tous pour le meilleur", a regretté l'acteur américain avant de délivrer un message d'espoir : "L'amour triomphe sur la haine, le courage triomphe sur la peur, et la justice sur le mal".

  • L'émouvant hommage à Jean-Paul Belmondo

Cette 42ème cérémonie des César a aussi été l'occasion pour Jean Dujardin et toute l'académie de rendre hommage à Jean-Paul Belmondo. L'acteur de 83 ans est arrivé sur la scène de la salle Pleyel sous une longue ovation pour ce qui restera comme le moment le plus émouvant de la soirée. Celui qui a joué dans À bout de souffle ou encore Pierrot le fou, pour ne citer qu'eux, est revenu sur le début de sa carrière. "Je n'ai jamais manqué de courage et c'est ça qui fait que je suis là", a-t-il déclaré sous les yeux de ses amis. "Tout jeune, quand j'allais au théâtre, tout le monde trouvait que j'avais une sale gueule. Alors une fois ça va, deux fois ça va, trois fois, non !", a lancé "Bébel", toujours bronzé et souriant à 83 ans.

  • Divines, grand gagnant de la soirée

Mais le film qui s'impose comme le grand gagnant de la soirée est sans aucun doute Divines de Houda Benyamina. L'équipe du film remporte en effet trois César dont celui du meilleur premier film. Oulaya Amamra est également sacrée meilleur espoir féminin pour le rôle de Dounia. Enfin, Déborah Lukumuena, qui joue le rôle Maimouna, repart avec le César de meilleure actrice dans un second rôle.