Cassius : "Dans "Ibifornia", il y a énormément d'instruments"

  • A
  • A
Partagez sur :

Le duo électro qui a évité de se faire influencer par d'autres artistes en phase de production revient avec un quatrième album dont le nom est la contradiction d'Ibiza et de Californi(a).

Le duo Cassius, fleuron de la French Touch revient avec un nouvel album Ibifornia et du sable plein les valises. Connus entre autres pour leur titre sensuel I love you so, Philippe Cerboneschi alias "Zdar" et Hubert Blanc-Francard aka "Boom Bass", qui travaillent ensemble depuis la fin des années 80, ont cette fois puisé l'inspiration du côté de la Californie et d'Ibiza. Ils ont fait un détour dans les studios d'Europe 1 Music Club.

Une pochette très visuelle. Ce quatrième album des désormais quadras, bien reçu par la critique et le public, rassemble les signatures de Cat Power et des habitués Pharell Williams et M. Sans oublier Mike D des Beastie Boys et Ryan Tedder. L'univers visuel mélange fleurs multicolores, palmiers, un volcan qui fume, des gorilles, des filles en lamé doré et... le douanier Rousseau. Rien que ça. "On avait une obsession qui nous vient de Thomas des Phoenix": celle de pouvoir faire une pochette immédiatement reconnaissable, avec un détail, un objet. Comme celle du Velvet Underground avec la banane.

Pas que des machines. Halte en revanche côté son au concept de la French Touch faite uniquement de machines. "Dans Ibifornia, il y a énormément d'instruments : des batteries, des guitares, des saxophones, des percus, soulignent les musiciens. A l'arrivée, tout est une question de dosages. On a tous les mêmes outils et on fait des choix". Face aux petits nouveaux qui arrivent sur la scène, ils avaient choisi en revanche de rester dans leur bulle, du moins jusqu'à la fin de la production de l'album. "J'essaye de ne pas trop écouter ce qui se fait" était le crédo du duo, sous peine de reproduire ce qui a déjà été créé.