Cannes 2015 : les films en compétition

  • A
  • A
Partagez sur :

CINÉMA - LA SELECTION - La 68e édition du Festival de Cannes se tient du 13 au 24 mai. Retrouvez la liste détaillée des films en lice pour la Palme et les autres récompenses. 

Le 68e festival de Cannes, rendez-vous international de tous les amoureux du cinéma, a lieu cette année du 13 au 24 mai. L’ouverture du festival, mettra en avant un film d’auteur français (hors compétition) : La Tête haute d’Emmanuelle Bercot, qui relate le parcours d’un jeune garçon qui dérive dans la délinquance (et dont Europe 1 est partenaire).

Au programme de cette 68e édition : des personnalités, un jury de professionnels et une sélection officielle de 49 films dont huit premiers films. Dix-neuf films de la sélection officielle sont en compétition pour la Palme d'or dont cinq français. Certains ont complété la sélection officielle au dernier moment, c’est le cas notamment de The Valley of Love de Guillaume Nicloux et Chronic du réalisateur mexicain Michel Franco.

  • Les films français en compétition

Dheepan, de Jacques Audiard / Photo : © Paul Arnaud - Why Not Productions

Le dernier Audiard retrace l'histoire d'un réfugié politique tamoul sri-lankais débarqué dans une cité turbulente proche de Paris. Inspiré des Lettres persanes de Montesquieu, le récit met en avant le choc des cultures et la fuite de la guerre civile. (Cf photo du film)

La loi du marché, de Stéphane Brizé

Le réalisateur français Stéphane Brizé va faire ses premiers pas à Cannes dans la compétition officielle aux côtés de l’acteur Vincent Lindon, avec qui il marque sa troisième collaboration. L’acteur joue le rôle de Thierry, un quiquagénaire qui retrouve un emploi d'agent de sécurité dans un supermarché après 18 mois de chômage. Mais pour conserver son emploi, Thierry connaît un vrai dilemme. Il  est chargé d’espionner ses différents collègues de travail.

Marguerite et Julien, de Valérie Donzelli

La réalisatrice Valérie Donzelli fera aussi ses premiers pas sur la Croisette le 13 mai prochain. Elle présente un film inspiré de faits réels qui relate l’amour passionnel entre une sœur et un frère. La réalisatrice a adapté un scénario de Jean Gruault (L'enfant sauvage) qu’il avait écrit dans les années 1970 pour François Truffaut.

Mon roi, de Maïwenn

Après le film Polisse récompensé Prix du Jury en 2011, la réalisatrice Maïwenn fait son retour sur la Croisette avec un récit d’amour. L’histoire d’une femme blessée au genou, incarnée par Emmanuelle Bercot, qui essaye de se reconstruire physiquement dans un centre de rééducation. Elle tente aussi de guérir les plaies de son cœur qu’elle a connues avec le père de son enfant, Georgio.

The Valley of Love, de Guillaume Nicloux

Le film de Guillaume Nicloux est le 5e film français en compétition, il fait partie des compléments de sélection annoncés le 23 avril par Thierry Frémaux, le délégué général du Festival de Cannes. Au casting du film : Gérard Depardieu et Isabelle Huppert, qui interprètent un couple endeuillé après la mort de leur fils. Ce dernier leur a adressé une lettre, dans laquelle il fixe un rendez-vous à ses parents à "La vallée de la mort", situé en Californie.

  • Les autres films en lice :

Carol, de Todd Haynes

Adapté du célèbre roman homonyme de Patricia Highsmith, Carol raconte la rencontre amoureuse de deux femmes dans le New York des années 1950. La première se prénomme Thérèse, une vendeuse introvertie qui travaille dans un grand magasin de Manhattan. La seconde, Carol, incarnée par Cate Blachett, est une femme sophistiquée issu d’un milieu riche. Le duo s’embarque dans un road trip improvisé à travers l’Amérique.

The Assassin, de Hou Hsiao-hsien

Dans ce film d'arts martiaux qui se déroule sous la dynastie Tang (618 - 907) en Chine, le réalisateur taïwanais Hou Hsiao-hsien raconte l’aventure de Nie Yinniang, une meurtrière chargée d'assassiner l'homme qu'elle aime. Elle connaît alors un dilemme entre l’amour ou rompre son engagement avec la guilde des assassins.

Le Conte des Contes, de Matteo Garrone

Adaptée du recueil de contes napolitains Lo cunto de li cunti (Le conte des contes) de Giambattista Basile, l’œuvre fantastique du réalisateur italien de Matteo Garrone met en scène trois royaumes voisins habités par des sorciers, fées et monstres redoutables. On y retrouve l’acteur français Vincent Cassel  dans le rôle du roi libertin et Salma Hayek dans le rôle de la reine.

Mountains may depart, de Jia Zhang-ke

Cinquième sélection au Festival de Cannes pour le réalisateur Jia Zhang-ke. Dans ce mélodrame, le cinéaste nous plonge dans l'histoire d'un couple et de leur fils à travers l’espace et le temps. Le réalisateur porte un regard sur trois périodes de la vie du couple : passé, présent et futur (2025).

Notre petite soeur, de Hirokazu Kore-eda

Le Japonais Hirokazu Koreeda signe son 4e film en compétition officielle cette année. Adapté d'un manga d'Akimi Yoshida, le film donne une vision de la famille. Trois sœurs vivent ensemble dans la maison de leur grand-mère après la mort de leur père. Un jour, leurs vies basculent avec l'irruption de leur demi-sœur, Suzu.

Chronic, de Michel Franco

Le cinéma mexicain est à l’honneur avec ce chef d’œuvre cinématographique. David, incarné par l’acteur Tim Roth, est un infirmier praticien aux Etats-Unis qui assiste des patients en phase terminale. L'homme noue des liens affectifs et intimes avec ses patients. Des rapports qui vont l’inciter à se rapprocher de sa famille de qui il s’est tenu éloigné.

Macbeth, de Justin Kurzel / Photo : © Studio Canal

Dans cette adaptation de la tragédie de William Shakespeare, le cinéaste australien Justin Kurzel signe son premier long-métrage. Michael Fassbender incarne le rôle de Macbeth et l’actrice Marion Cotillard, le rôle de sa diabolique épouse (Cf photo du film). L’histoire ne change pas, le couple Macbeth va devoir user de perfidie pour accéder au trône d'Écosse.

The Lobster, de Yorgos Lanthimos

Deux ans après sa palme d’Or dans le film La Vie d’Adèle, l’actrice française Léa Seydoux retrouve le tapis rouge aux côtés de Colin Farell et Rachel Weisz. Le réalisateur grec Yorgos Lanthimos a choisi une intrigue originale : dans un futur proche, tous les célibataires sont arrêtés et conduits dans un hôtel où ils bénéficient de 45 jours pour trouver leur moitié, sous peine d’être transformés en animal. Un homme prend la fuite dans la forêt où il rejoint une bande d’irréductibles résistants surnommée : les Solitaires.

Mia Madre, de Nanni Moretti

Récompensé d’une palme d’Or pour son film La Chambre du fils en 2001, Nanni Moretti est l’un des deux réalisateurs en compétition à avoir déjà reçu la prestigieuse récompense. Cette fois-ci, le réalisateur italien met en scène Margherita Buy dans le rôle d’une réalisatrice en tournage d'un film dont le rôle principal est tenu par un célèbre acteur américain. Margherita se retrouve confrontée à des problèmes d’ordre privé : sa mère est hospitalisée et sa fille en pleine crise d'adolescence.

Le fils de Saul, de Laszlo Nemes

Le réalisateur Laszlo Nemes signe son premier film. Une histoire émouvante qui retrace la vie d'un groupe de prisonniers juifs isolés à l'un des crématoriums d'Auschwitz en octobre 1944. Durant la Seconde Guerre Mondiale, le réalisateur nous plonge dans la vie de Saül Ausländer, un juif hongrois. Il est membre du Sonderkommando, une unité de travail au sein des camps d'extermination. Le personnage principal va tout faire pour offrir une sépulture digne à son fils mort dans l’horreur. 

La jeunesse, de Paolo Sorrentino

Avec la participation de Jane Fonda, le réalisateur italien Paolo Sorrentino signe son septième long-métrage intitulé "la Giovinezza", traduit en français "La jeunesse". Le réalisateur nous emmène dans la vie de Mick (Michael Caine),  un réalisateur ambitieux, et Fred (Harvey Keitel), un compositeur à la retraite qui n’arrive plus à composer. En vacances, une lueur d’espoir apparaît pour Fred, quand une personne veut à tout prix entendre ses dernières compositions et le voir à nouveau diriger un orchestre.

Louder than Bombs, de Joachim Trier

C’est la première participation à la compétition du festival pour le réalisateur norvégien Joachim Trier. Son film retrace la disparition d’une photographe de guerre, victime d’un accident de voiture. Trois ans plus tard, son mari Gene Freed et ses proches se réunissent pour assister à une rétrospective consacrée à ses clichés. Un secret bien gardé refait alors surface. Au casting, on retrouve à l’actrice française Isabelle Huppert et Jesse Eisenberg.

The Sea of Trees, de Gus Van Sant

Traduit en français "La Forêt des songes", The Sea of Trees est la seizième réalisation de Gus Van Sant, palme d’Or en 2003 avec son film Elephant. Au cœur de la forêt japonaise d’Aokigahara, deux hommes suicidaires se rencontrent : un Américain et un Nippon. Ils vont se livrer dans une odyssée à travers ce lieu riche en légende.

Sicario, de Denis Villeneuve

Après Prisoners, le cinéaste québécois Denis Vilneuve raconte la violente désillusion d’un agent du FBI dans une opération militaire clandestine à la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique. Tourné au Mexique, ce long métrage met en scène un membre du FBI en confrontation avec le chef du cartel de Juarez.